Partagez | 
 

 Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité



MessageSujet: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Dim 4 Mar 2012 - 22:33



Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer ...
Nohlàn et Eva


Le tremblement de terre avait fait rage à Los Angeles hier dans la nuit. Côté à 7 sur l’échelle de Richter, c'était l'un des plus puissants tremblements de terre de la décennie. Beaucoup de maisons avaient été détruites, d'autre étaient dans un très mauvais état. Il y'avait eu également des personnes décédés et de nombreuses personnes blessées que ce soit gravement ou non. Par chance, dirons-nous, il y avait tout de même eu des personnes que le tremblement de terre avait épargnées et j'étais ravi pour eux.

Pour ma part, lorsque le tremblement de terre avait eu lieu, j'étais à la maison avec Leana, Logan, Liam et Leanne. J'étais allongé dans mon lit et je venais de remplacer facebook par mon téléphone portable pour textoter avec quelques amis. Dès lors que les secousses avaient commencés, la panique m'avait envahi et j'étais sorti de ma chambre, pour retrouver le reste de la famille. J'avais été cherché Liam au passage et j'avais rejoins Lea qui s'occupait quant à elle de Leanne. Nous nous étions installé dans un coin tous ensemble et j'avais serré Liam fort contre moi, pour le rassuré, bien que j'étais à ce moment là, plus paniqué encore qu'une gazelle prise en chasse par un lion. Heureusement, les dégâts se réduisait à du matériel. A part Logan, qui avait eu une jambe cassé en allant aider ses collègues pompier, le reste de la famille n'avait rien eu d'autre que de petite égratignure par-çi par-là. J'avais avec Lea, passé toute la journée d'hier et la mâtiné d'aujourd'hui à ranger la maison, ramassant les bouts de verres et les objets tombé aux sols... Ça me valu une douleur au dos et une coupure au doigt que j'avais rapidement soigné pour continuer à aider.

Vers 13h, alors que je tenais mon énième sac plein de déchet, Lea me supplia d'arrêter. Selon elle, je ne lui servais à rien. En effet, j'avais passé ma mâtiné à souffler d'agacement, d'inquiétude et de fatigue, je traînais les pieds et je m'attaquais aux tâches avec une telle lenteur que pour une chose que je faisais, Lea en faisait 5. Ce qui l’agaçait. Cependant, mon excuse à moi, était que je n'avais pas dormis depuis ...bein depuis la nuit précédent celle du tremblement de terre, ce qui faisait un peu plus de 48h. Je n'avais rien dis à Leana, pour pas l'inquiéter, mais je n'avais pas réussi à fermer l'oeil de la nuit. Je n'arrêtais pas de penser à ce qui s'était passé, mais surtout, au lieu de m'inquiéter pour moi et pour ma famille, je m'inquiétais pour mes amis à présent, mais également et surtout pour Nohlàn dont je n'avais pas eu de nouvelle. Ma soeur me proposa alors d'aller dormir un peu ou d'aller me promener histoire de décompresser et je vus cette proposition comme une opportunité.

C'est vers 14h après avoir pris le temps de me changer pour être présentable, que j'arrivais devant chez Nohlàn. J'avais menti à ma soeur en lui disant que j'allais prendre des nouvelles d'une amie, mais il était hors de question qu'elle sache que j'allais voir un garçon, bien plus âgés que moi. Elle en ferait tout un scandale, surtout vu le lien que lui et moi, nous avions. En passant le portillon de la résidence, je pus constater que tout semblait être en place, les dommages ne devaient pas être trop importants, ce qui me rassura un peu. Si ça maison avait tenu le coup et qu'il était à l’intérieur à ce moment là, il y avait de grande chance qu'il n'ai rien et c'est ce qui m'effrayais le plus en ce moment , le fait qu'il puisse lui être arrivé quelque chose. Je frappais alors à sa porte. Je ne savais pas s'il était présent où non, je n'avais même pas pensé à l’appeler ou tout simplement à lui demander, mais tant pis, il était trop tard maintenant. Je patientas quelques instants dans sa porte, quelque peu inquiète. Mais, j'eus ma réponse, lorsque Nohlàn apparu devant moi. Un sourire se dessina alors sur mes lèvres Salut. Dis-je sur un ton fatigué.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Dim 4 Mar 2012 - 23:52


« C'est a ce moment-là que l'on se rend compte que la vie ne tient que sûr un file. »

    Qui aurait cru que ce matin en se levant il y arriverait un truc pareil sur la ville ? Personne... personne ne l'avait prédit ou même senti, il n'y avait pas eu d'alerte aux informations rien du tout c'était arrivé par surprise et pour une surprise s'en était une bonne. C'était l'un des premiers tremblements auquel j'étais victime je n'avais jamais encore ressenti cet effet d'avoir tout qui vibre et bouge autour de vous et que même des maisons où des immeubles ne tiennent pas et s'effondrent, c'était vraiment une sensation horrible que je ne voulais plus jamais revivre, on ne sentait tellement impuissant face à ça que ça en devenait même un cauchemar, on avait qu'une envie c'est que tout s'arrête une bonne fois pour toutes et que l'on puisse souffler un peu en se rendant compte que l'on a survécu à cette catastrophe, on y échappe de peu mais on réussit toujours un trouvé un petit coin tranquille pour se mettre à l'abri et attendre des secondes entières que ça s'arrête. Et ces secondes nous paraissent une éternité, on a l'impression qu'elle passe au ralenti comme pour briser des vies alors que pas du tout en fait... Voilà toutes les choses que j'avais ressenties pendant ses secondes de cauchemar ça fait beaucoup comme sensation en dix secondes, c'est bien la preuve qu'elles avaient paru comme longue et interminable.

    Lors de ce tremblement j'avais été seul, chose que je regrettais horriblement c'était encore plus horrible que d'être seul dans ces moments-là où tu as besoin de tenir la main a quelqu'un et de croiser les doigts pour t'en sortir. J'ouvre les yeux quand la secousse s'arrête, je pousse un soupiré en laissant ma jambe s'allonger sur le sol. J'avais réussi à me mettre sous ma petite table dans un coin ou j'étais assez à l'abri mais dans ma maison il y avait pas mal de dégâts et quelques égratignures et coupures sur mon bras droit, j'avais vu pire mais bon... Quelques placards de mon salon étaient tombés, des tables, des chaises et des biblos à terre et cassés. Je devais tout ramasser, mais j'imaginais déjà les dégâts dans la rue. Je me dirige vers ma porte d'entrée qui était restée intacte heureusement et je sors dehors pour voir un peu les dégâts je reste bouche bée en regardant les quelques immeubles au sol et je passe ma main dans mes cheveux en regardant tous ses gens qui se faisaient comme moi, qui étais heureux d'avoir gardé la vie mais très choqué par cette secousse et les dégâts. Je finis par retourner dans ma maison car j'avais pas mal de boulot, je fais de mon mieux pour te remettre en place et donner quelques coups de balayer et ramasser tout ce qui était cassé et pas récupérable, je continuais de soupirer en faisant de mon mieux. Ça devait faire des heures entières que j'étais là à tout nettoyer, j'avais presque oublié de demander à mes amis si eux ça allait après tout certaines personnes avait peut-être perdu la vie, je ne savais pas à quoi je pensais là ! Je commence à appeler mon meilleur ami, ma meilleure amie et plein d'autres gens que j'appréciais je m'apprêtais à appeler la belle Éva quand quelqu'un venait de frapper à ma porte. Je pose mon balayé contre le mur et me dirige vers la porte pour ouvrir à cette personne. J'affiche un sourire en voyant le sourire d'Éva au moins j'étais sûr qu'elle allait bien je l'attire contre moi pour caresser ses cheveux et lui demander : « Salut... tu vas bien ? Tu n'es pas blessé, j'allais justement t'appeler pour prendre de tes nouvelles. Entre .! » Je la fais avancer jusqu'à mon salon, c'était encore un peu le bordel mais c'était déjà mieux que tout à l'heure je passe ma main dans mes cheveux pour lui dire avec un soupire : « C'était surprenant et ça m'a fait très peur ... » Je pousse un soupire en me laissant tomber dans mon canapé.


Dernière édition par Nohlàn E. Benford le Lun 5 Mar 2012 - 12:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Lun 5 Mar 2012 - 0:33

N'ayant pas eu de nouvelle de lui, je m'étais grandement inquiété. Alors quand ma soeur m'avait supplié de sortir de ses pattes, j'avais sauté sur l'occasion pour aller voir Nohlàn. Je ne savais pas s'il était chez lui, ni même dans quel état il était, mais je verrais bien par moi-même au moment venu. Lorsque j'étais arrivé dans son quartier, j'avais pu voir que de nombreuse habitation, ici aussi, avait été ravagé, mais celle de Nohlàn semblait encore tenir debout , ce qui me rassurait. Je passais alors le petit portillon et je frappais à sa porte. J'observais à nouveaux le paysage en attendant de voir s'il était là. Voir tout ses dégâts, me faisait revivre le tremblement de terre encore et encore, ce qui me fatiguait beaucoup psychiquement, déjà que je n'arrivais pas à ne pas y penser même 1 seule seconde.

J'entendis alors le loquer de la porte s'ouvrir et Nohlàn apparu devant moi. Dans une sorte de sentiment d'apaisement, je me mis à sourire et encore plus quand Nohlàn me le renvoya. Il m'attira alors à lui et je passais mes bras autour de sa taille. Je levais mon visage vers lui, alors qu'il m'assailli de question. Je vais bien. Quelques égratignure et une petite coupure. Rien de grave. Lui-dis histoire de le rassuré. Il me fit entré et il se dirigea dans son salon, où je le suivit. Contrairement à se que je pensais, l'extérieur de la maison avait beau avoir tenu, l’intérieur était un vrai capharnaüm. C'était comme si je n'avais pas quitter ma maison et malheureusement, cela devait être comme ça un peu partout dans la ville.

Tout en s'installant sur son canapé, Nolhàn m'avoua avoir eu peur. Je laissais échapper un rire nerveux. M'en parle pas, j'ai pas dormis depuis le tremblement de terre de peur que ça recommence. Je suis exténuer et avec tout le bazar que ça à laisser, ça arrange rien. Je m'installer également sur le canapé, juste à côté de lui, mais j'avais envie de l'avoir près de moi. Je me blottis alors contre lui et relevais la tête pour voir son visage. Tu ne m'as pas dis comment tu allais toi. Tu n'as rien ? Demandais-je un peu inquiète. Je ne voulais pas qu'il me cache quoi que ce soit, dans l'idée de m'épargner. Il ne semblait pas blesser, mais les hommes pouvaient facilement caché leur blessure par fierté. Après lui avoir posé la question, je baisser la tête et collais ma joue contre son torse, torse que je caressais déjà avec ma main. Sa pouvait parraître ridicule, mais je perçus les battements de son coeur, battement qui eurent l'effet de m'apaiser. J'ai eu peur Nohlàn. Je me suis vraiment inquiété pour toi. Dis-je dans un murmure. L'endroit était tellement silencieux qu'il n'aurait pas de mal à l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Lun 5 Mar 2012 - 13:28

    Je commençais à appeler tous mes amis après cette catastrophe, j'appelais les gens qui comptaient le plus pour moi et depuis tout à l'heure se fixait le prénom Éva. J'avais tellement envie de savoir si elle allait bien, mais je n'avais comme pas la force de l'appeler après tout entre elle et moi je ne savais vraiment plus où nous en étions. Ça m'effrayait d'éprouver des sentiments amoureux pour une fille, et puis en plus de ça tout était compliqué j'avais 22 ans et Éva en avait 16. La loi m'interdisait de la toucher jusqu'à ce qu'elle ait ces 18 ans, même si je m'en fichais complètement de son âge tellement elle était mature, je ne savais pas si sa famille allait réagir comme elle face à moi. Je soupirais en appuyant sur le bouton vert, mais très vite mon doigt se pose sur le bouton rouge quand j'entends quelqu'un frapper à ma porte. Sûrement un ami qui voulait de mes nouvelles, j'ouvre la porte et je découvrir avec joie que c'était Éva. Directement je prends sa main pour l'attirer dans mes bras en poussant un soupire de soulagement, je caresse ses longs cheveux bruns. Je lui demande comment elle allait et je regarde son bras à ses mots, j'avais les mêmes qu'elle. « Tu me rassures... j'ai pratiquement la même chose que toi, mais au bras droit. Et ta famille elle va bien ? » Je la laisse entrer en refermant la porte derrière moi, je n'arrivais même plus à regarder ma rue qui était carrément dévastée je ne reconnaissais plus rien. Je m'approche de mon canapé où je m'y installe en regardant ses beaux yeux noisette. « Moi j'ai passé ces dernières heures à jeter mes affaires et à appeler des amis... j'ai flipper moi aussi, mais je suis heureux d'un côté qu'aucun de mes amis n'ai rien, et que tu n'aies rien. » J'affiche un sourire avant de la voir s'installer à côté de moi, je savais déjà ce qu'elle voulait je lève mon bras pour la laisser se blottir contre moi, je caresse ses longs cheveux en lui répondant : « Ça va... ça va . Plus de peur que de mal ! et puis j'étais seul... » Je passe ma main sur mon visage en remontant jusqu'à mon visage pour enlever toute la poussière que j'avais. Je sens qu'elle caressait mon torse ce qui me provoquait d'énormes frissons un peu partout et je me mords la lèvre après ces mots pour répondre en caressant sa joue : « Moi aussi j'ai ... j'ai hésité à t'appeler, je ne sais pas pourquoi... peut-être parce que je ne sais plus ou j'en suis avec toi, j'ai du mal à comprendre ce qu'il y a entre nous. » J'affiche un petit sourire, en la regardant avant de déposer un bisou dans son cou et de la prendre dans mes bras.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Lun 5 Mar 2012 - 22:13

    J'étais ravis de voir que Nohlàn, n'avait pas été blesser, du moins physiquement. Comme moi, il avait quelques égratignures que je pouvais observer, mais tout ceci n'était que superficielle et rien de bien inquiétant. Ainsi, je ne pouvais être que rassurer, les dégâts autours de moi se résumait à du matériel plus que du physique et c'était une bonne chose. Ma soeur , son chérie, ma nièce et Liam vont bien, Logan a juste eu la jambe casser en allant rejoindre ses collègues pompier. Mais tout vas bien. Dis-je avec un petit sourire pour répondre à sa question. Une fois installée sur le canapé, Nohlàn me raconta son planning des jours précédents et ses inquiétude par rapport à ce qui s'était passé. Tout comme lui, j'étais heureuse qu'il ne soit rien arrivé à mes amis et à ma famille, même si certain était blesser, il était toujours en vie et c'était le plus important. Savoir qu'une tremblement de terre ne parviendrais pas à nous séparer de ceux qu'on aime.

    C'est en lâchant un grand soupire que je m'installais juste à côté de Nohlàn, bien qu'il ne me fallu pas énormément de temps avant de me coller à lui. Il commençais à me connaitre par coeur, puisqu'il me fit volontiers une place contre lui. Et alors que je profitais de ses caresses et de la sécurité qu'il m'offrait dans ses bras, je m'interrogeais sur son état. Je savais déjà qu'il avait quelques égratignure, mais comment allait-il vraiment. J'étais une vrai folle depuis le tremblement, je dormais plus, c'était à peine si j'arrivais à avaler quelque chose, j'était trop effrayer et angoisser à l'idée que sa recommence et je me doutais bien que je n'étais pas la seul et je me demandais comment Nohlàn l'avais vécu. C'est comme ca que j'appris qu'il l'avait vécu seul. Moi j'avais eu la chance d'être avec ma famille, mais lui non. Cependant, il semblait bien le gerer et ça me rassurais. Je resserrais alors mon étreinte. Tu n'es plus seul maintenant. Puis je lui fis une confidence quand à mes inquiétudes à son égard. Il m'avoua alors que lui aussi c'était inquiété pour moi, mais qu'il avait hésiter parce qu'il n'arrivait pas à comprendre ce qui se passait entre nous. Je le laissais à la suite de ça embrasser mon coup et me prendre dans ses bras. Moi, je tentais de trouver une réponse à ce qu'il venait de me dire. Tout ceci était bien compliquer à comprendre, même si on savait l'un et l'autre qu'on ressentait une attirance indéniable. Tu aimerais qu'il y'ai quoi entre nous Nohlàn? Dis-je timidement. Ma question allait probablement le surprendre, mais il fallait bien que l'un de nous deux la pose et je préférais être celle qui la pose, plutôt que celle qui y répond. Je relevais alors la tête vers lui, plongeant mon regard dans ses magnifiques yeux vert.




Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Mar 6 Mar 2012 - 20:21

    J'étais tellement heureux de voir que la jeune femme allait bien et qu'elle n'avait rien à part quelques coupures et égratignures comme moi. Dire que j'avais failli ne pas l'appeler et ne pas aller la voir de la journée, je regrettais déjà d'avoir appelé mes amis avant elle et d'avoir hésité à lui téléphoner vu notre relation actuelle. Alors que je venais de la faire entrer je lui demande si sa famille allait bien car je me doutais qu'elle avait dû être avec eux pendant la grosse secousse. Je lui fais un sourire a ces paroles avant de répondre : « Temps mieux si ta famille va bien je suis content pour toi... » Je referme la porte derrière nous en m'avançant vers mon salon pour m'installer sur mon canapé.
    Alors qu'elle vient à se mettre à côté de moi pour me prendre dans ses bras je dépose mes lèvres sur son épaule en passant mon bras sur son épaule pour la serrer contre moi. Je pose ma joue contre mon crâne en fermant quelques secondes les yeux, je crois que je ne cesserais jamais de me rappeler de ce jour ou plutôt de cette secousse. Et puis être seul c'était pire que tout et je souris à sa phrase en lui disant : « Oui, j'espère que l'on aura aucune autre secousse aujourd’hui. » Tout était compliqué entre nous, je ne comprenais plus rien c'est vrai en même temps c'était tellement ambigüe et incompréhensible. Alors que j'entendis ces paroles je ne savais même pas quoi répondre, elle me demandait ce que je voulais qu'il y ait entre nous. Peut-être un peu plus que de l'amitié j'avais très envie de l'embrasser tout le temps et de l'avoir toujours contre moi, mais le problème c'est que je n'étais absolument pas prêt à l'aimer et à être amoureux. Je détestais l'amour je ne croyais plus en sa depuis bien longtemps, peut-être qu'un jour une femme comme Éva me fera oublier cette crainte d'aimer et me changera complètement, mais pour l'instant j'étais juste perdue... Je fixe le sol en répondant d'une voix assez basse : « Je... je ne sais pas, mais en tout cas je veux plus qu'une simple amitié avec toi. J'ai vraiment envie de pouvoir t'embrasser dès que j'en ai envie sans me dire que tu es ma petite soeur... et toi qu'est-ce que tu veux de moi ? » Je tourne la tête pour la regarder dans les yeux et déposer mes lèvres sur son front.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Mar 6 Mar 2012 - 22:00

Comment rester négative dans une situation comme celle-ci ? J'étais dans les bras, d'un garçon qui comptait pour moi et pour qui j'étais tout aussi importante. Un homme qui était près à me protéger contre le danger et qui avait été, depuis notre rencontre, toujours là pour moi. J'étais dans ses bras et pour la première fois depuis le tremblement de terre, je n'avais plus peur... Alors qu'il m'avait dis qu'il avait du affronter sa seul, j'avais alors murmuré qu'à présent il ne l'était plus, non j'étais là, je voulais être la pour lui, comme il l'était pour moi quand j'en avait besoin et même si le mal avait déjà était fait, je lui montrais que j'étais là pour lui si besoin était. Je ne crois pas que ça arrivera, ce serai vraiment de l'acharnement. Dis-je tout en riant. Croyez le ou non, mais ça faisait du bien de rire de sa, c'est que les choses rentraient un peu dans l'ordre, enfin c'est que je voulais me dire à moi-même.

J'abordais alors par une simple petite question, le seul sujet problématique entre Nohlàn et moi. J'avais beau tenter de reprendre l'une de ses remarques pour en faire une question, j'avais tout de même une idée derrière la tête. Je voulais réellement comprendre et savoir ce qu'il voulait de moi. Parce que moi, j'étais attiré par lui, j'étais sous son charme, je craquais littéralement pour lui, mais je n'étais pas amoureuse, enfin pas encore... Cependant, je savais ce que les hommes attendaient la plupart du temps. Ça avait failli se produire la première fois, du moins, si je ne l'avais pas repousser et malheureusement c'était une chose que je n'étais pas prête à donner. Ce qui n'arrangeait pas vraiment les choses, c'est que Nohlàn, ne savait même pas ce que lui voulait. La seul chose qu'il savait c'est qu'il était attiré par moi. Evidemment, je ne m'étais pas vraiment attendu à ce qu'il me pose la question par la suite et là, je regrettais déjà d'avoir posé la question, parce que moi non plus je ne savais pas réellement quoi dire. Je fermais les yeux, lorsqu'il déposa ses lèvres contre mon front pour y déposer un baiser. Je les rouvrit pour le regarder dans les yeux. Je ne sais pas vraiment non plus. Avouais-je un air désolé sur mon visage. Je posais mes mains sur mon visage comme pour me cacher et je soupirais. Pourquoi, faut-il que se soit si compliquer ? Dis-je en peu à cran. Tu veux que je sois honnête Nohlàn ? Dis-je en le regardant droit dans les yeux. Sans même attendre sa réponse, je m'asseyais à califourchon sur lui et je cherchais ses yeux pour être sur qu'il entende et qu'il écoute tout ce que j'allais lui dire. J'ai envie de toi. J'ai envie que tu m'embrasses que tu me touche que tu me souris, que tu me regardes. J'en ai constamment envie, de jour comme de nuit, quand je suis avec toi ou loin de toi. J'ai besoin de ton contact. Je dis pas que je suis amoureuse de toi, rassure toi, je dis juste que tu es important à mes yeux, bien plus important que le serait un ami. Le truc Nohlàn, c'est qu'à part des baisers, ne t'attend à rien de moi, j'en suis pas capable. C'est même pas que j'en ai pas envie, parce que j'en ai clairement envie, mais j'y arrive pas. C'est même pour ça que mon ex m'a quitter, parce que je suis pas capable de lui donner ça. Alors maintenant à toi de voir si tu t'en contentera pour le moment ... J'avais lâcher chacune de mes paroles, tout en me demandant comment il réagirait et ce qu'il ferait. Je savais qu'un jour, je serais prête, mais pourquoi ce voiler la face, Nohlàn était-il le genre de gars à attendre qu'une gamine se dévergonde ?
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Sam 17 Mar 2012 - 18:49

    J'avais toujours cette petite inquiétude qu'une autre secousse d'eau temps plus violente retentisse à nouveau. Je n'avais aucune envie de revivre ça, même si j'oublie presque tout avec Éva dans mes bras. Je posais doucement ma joue contre son crâne et je passais mes deux bras autour de son dos, je me sentais tellement bien là. Vous ne pouviez même pas imaginer tout ce que je ressentais à cet instant précit tous mes sentiments se mélangeaient, entre mon attirance physique pour elle m'a grande amitié voire mes possibles sentiments amoureux pour elle. J'ouvre les yeux de nouveau et tourne la tête vers son visage à ces quelques mots : « Ouais malheureusement on ne peut pas le prévoir ça. Seul le temps nous le dira... » J'étais content que sa petite famille aille bien même si je ne les connaissait pas très bien, j'avais dû les voir une ou deux fois quand je rendais des petites visites amicales à Éva mais je pense que si quelque chose venait à se faire avec Éva ils ne voudront plus que je mette un pied chez eux. Razz

    On commençait petit a petit a changé de sujet, on ne parlait plus de cette horrible secousse qui venait de se produire mais de nous, de notre histoire dont on ne parlait jamais. La dernière fois que j'avais embrassé Éva c'était au concert de Simple Plan et on en avait pas vraiment parlé puisque juste après on s'était remis dans l'ambiance du concert. Qu'est-ce que je voulais d'elle ? pensais-je... Je n'arrivais pas à avoir une seule réponse, sûrement parce que j'avais peur d'éprouver des sentiments plus qu'amicaux envers Éva. J'avais peur de l'amour et elle le savait et puis je n'avais que 23 ans alors je préférais me contenter du sexe pour le moment, chose qu'Éva ne pouvait me donner et c'était parfaitement normal. Eva n'avait que 16 ans, elle était encore trop jeune pour ça et je ne me voyais pas la forcer je ne savais même pas si elle allait vouloir de moi pour perdre sa virginité. De toute façon je ne recommencerais pas l'erreur que j'avais faits même si ça n'avait pas été volontaire mais un geste incontrôlable je ne recommencerais pas. Elle vient à me demander ce que je voulais d'elle et je me contente de lui répondre que je n'en savais rien et quelques secondes après la jeune femme me répondit la même chose... Je pose ma tête contre le dossier en poussant un soupire pour lui répondre : « Je n'en sais rien... c'est peut-être nous qui sommes trop compliqué en fin de compte... »C'est vrai après tout c'était peut-être nous qui compliquons les choses ? Ça devait faire quelques jours que c'était ambigüe entre elle et moi et on n'était même pas fichu d'expliquer ce qu'il y avait entre nous aujourd'hui. On est des nuls il faut croire :)D Éva se met a califourchon sur moi et je pose mes mains sur ses hanches en me mordant la lèvre. « J'ai envie de t'embrasser moi aussi, j'ai envie de toucher ton corps, j'ai tout simplement envie de pouvoir te toucher comme je le souhaite et comme un homme le ferait à une femme, mais tu sais que... l'on ne peut pas, si jamais un jour quelqu'un venait à rapporter notre relation entre un mineur et un majeur ça pourrait être vraiment grave. Même si je ne fais rien de plus que de te toucher et de t'embrasser, normalement je n'ai pas le droit. Je sais que tu n'es pas prête et jamais je te forcerais à le faire ou quoi que ce soit, je sais à quoi je dois m'attendre avec toi... et j'arriverais à me contrôler quand nos baisers seront plus qu'intenses Razz On n'a qu'à commencer notre nouvelle relation comme ça et on verra bien par la suite ? » Je me mords la lèvre avant de m'approcher d'elle juste pour faire glisser sa bretelle de haut pour déposer mes lèvres tendrement sur son épaule en remontant jusqu'à son cou.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    Dim 18 Mar 2012 - 16:01

Le tremblement de terre était derrière nous dans la conversation. C'est dernier temps, dans nos conversations, le sujet principal déviait sur notre histoire, sur ce qui se passait entre Nohlàn et moi. Ni l'un ni l'autre ne savions réellement ce qui se passait, nous ne contrôlions rien du tout, ça nous était tomber dessus un soir comme tout les autres, il avait suffit que pendant un instant nous nous laissions prendre au jeu de la séduction et à échanger un baiser et un petit peu plus. leche A présent, nous étions là à tenter de comprendre ce que l'on voulait réellement, où du moins ce que l'autre voulait de nous car soyons honnête nous savions tout les deux que nous n'étions plus vraiment de simple ami. Une attirance nous liait, une attirance qui ne cessait d'augmenter au fur et à mesure que nous passions du temps l'un avec l'autre. J'en était à mentir à ma sœur pour pouvoir aller le voir chez lui alors que peu de temps auparavant je l'en aurais juste informer. Tout était bouleverser, ce n'était plus anodin, mais ça ne me faisait pas peur pour autant. Néanmoins, le problème était toujours là. Que voulions nous ? C'en était devenu compliquer comme je venais de le dire. Peut-être... peut-être qu'on se prend la tête pour rien. Ajoutais-je après sa remarque.

Puis je m'installais à califourchon sur lui pour être face à lui quand je lui parlerais avec honnêteté. Ce que je fis, je lui expliquais ce que je ressentais, ce que je voulais, ce qu'il pourrait avoir ou non. Pour une fois j'étais honnête et je lui disais clairement à quoi s'attendre au risque de me faire envoyer promener , au moins il serait fixer et je le serais aussi. Face à sa réponse, j'avais tout d'abord souris, puis le sujet sérieux apparu et je baissais les yeux, il n'avait pas tord, une relation mineur majeur était risqué et difficile à gérer... mais ça en valait parfois la peine, préférais-je me dire à moi-même. Je relevais les yeux vers lui lorsqu'il cessa de parler et avec un petit sourire aux lèvres, je hochais la tête acquiesçant positivement à sa proposition. Alors qu'il se redressait, j'observais sa main qui faisait glisser la bretelle de mon haut, je me mordis la lèvre amusé et mon regard se détourna vers son visage. Je penchais la tête, le laissant conquérir mon cou et j'allais poser l'un de mes mains dans ses cheveux alors que l'autre était plaquer dans son dos, comme pour l'empêcher de s'éloigner. Cette fois-ci c'était moi qui n'arriverais pas à me contrôler s'il continuait ainsi. J'étais déjà plein de désir pour lui, seul le sexe m'effrayait, mais tout ce qui était attrait aux hormones je les subissais de plein fouet. Une sensation rare parcouru mon corps et je me mis à soufflait de plaisir, :omg: mais je me repris immédiatement en me contrôlant et en repoussant légèrement Nohlàn comme si de rien était. Nohlàn était le premier à me faire autant d'effet. Je lui souriais alors que je posais mon front contre le siens et je me mordis la lèvre avant de m'amuser avec les siennes. Je me stoppais quelques instant, déplaçant mes bras pour entouré son cour et je fis glisser mes cuisses contre les siennes, mon ventre était alors collé au sien à présent. Que veux-tu qu'on fasse de notre après-midi ? Dis-je en murmurant. Nous embrasser et nous câliner était une très belle activité, mais niveau contrôle, si mes hormones se mettaient à crier victoire, ça n'aiderais pas Nohlàn à se contrôler et il était hors de question qu'un malaise réapparaisse entre nous, parce qu'on irai pas plus loin.

[HJ : Je te promet je pensais pas faire si long, je voulais faire court je me suis laisser emporter.]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn    

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la peur est présente...il faut savoir se rassurer || Nohlàn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMAZING PEOPLE ♣  ::  :: Corbeille :: Les sujets clos :: 2011-