Partagez | 
 

 THEYLER » You don't forget your first love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité



MessageSujet: THEYLER » You don't forget your first love    Dim 6 Juil 2014 - 17:19

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Que de surprises ces derniers jours.. Moi qui pensais continuer à déprimer encore un moment, le destin en avait décidé autrement en mettant sur mon chemin l'homme que j'avais longuement aimé et dont j'avais souffert de l'absence. Après deux années d'amour, nous n'avions eu  d'autre choix que de se séparer, prenant tous deux des chemins différents et gardant en mémoire des souvenirs parfaits. Depuis, les choses avaient bien changé, pour lui sans doute moins que pour moi. Devenue maman de façon précipitée avec un passé que j'abordais rarement, voire jamais, je m'efforçais chaque jour de ne rien laisser paraitre de la difficultés de s'occuper seule de jumeaux. J'avais quelques fois de l'aide et je pouvais toujours compter sur les parrains et marraines, néanmoins j'étais la seule à connaitre la véritable identité du père biologique d'Eden et Naël, un douloureux secret. J'avais été bien fort naïve de penser que peut-être je pourrais retomber amoureuse. Pas de bol. Mauvaise pioche.. J'étais tombée sur un homme adorable qui cachait véritablement une ordure de la pire espèce, mouillée dans des histoires de drogues et de disparitions suspecte sans oublier le marché noir et la violence dont il faisait de plus en plus preuve. Mes séjours répétés à l'hôpital pour diverses fractures en témoignaient, de même que la crainte qui me nourrissait désormais lorsque je laissais la porte ouverte à un homme dans ma vie. Par chance, j'avais pu m'enfuir, courir à toute jambes en apprenant cette grossesse imprévue. Bien qu'ils me rappellent cette histoire, je ne pouvais m'empêcher d'aimer mes enfants plus que ma propre vie, deux touts petits bébés encore sacrément turbulents. Quelques jouets couvraient le sofa, le lit, le parc et tout ce qui touchait au bébés, de vrais gâtés. La pile de vêtements de bébés, repassée, je m'atellais à la ranger, tout en discutant à  ma mère au téléphone. Maman, écoute je t'aime mais je suis débordée.. Je suis entrain de ranger les vêtements des jumeaux qui dormaient y'a cinq minutes et qui hurlent désormais. Ils ont faim. Je te rappelle plus tard promis. Bisous ! Dis-je en raccrochant, appuyée contre la porte de la chambre en soupirant. Terminant rapidement le rangement, je ramassais les jeux des enfants en redescendant avant de faire chauffer leur biberon et de les prendre un à un pour leur donner le biberon. Bien mangé, bien bu, la peau du ventre bien tendu, les deux bébés étaient enfin apaisés et regardaient un dessin animé mis à la télé pour les occuper afin que je puisse faire enfin le repas du soir. Du moins, c'était sans compter l'arrivée impromptue d'un invité surprise. Séchant mes mains, soufflant sur une mèche de cheveux devant mon visage, je partis ouvrir la porte à moitié jogging moulant et top à bretelles. Surprise, je me cachais derrière la porte. Hey.. Tyler ! Je ne m'attendais pas à recevoir ta visite maintenant..  Je peux t'aider pour quelque chose ? Demandais-je en souriant bêtement, les joues virant doucement pivoine avant de finalement sortir sous le porche en fermant la porte derrière moi, bras croisés sur ma poitrine. Si j'avais su que tu venais là tout de suite, j'aurais enfilé une tenue plus.. Décente.. Désolée, c'est pas le top. Par contre, tu es très beau dans ce costume.. Vraiment sexy.. Ajoutais-je en glissant ma mèche rebelle derrière mon oreille.



   

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Dim 6 Juil 2014 - 19:21





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

Toute la journée, j’avais tourné en rond. Enfin je n’avais pas réellement tracé de rond sur le sol parfaitement lisse de mon bureau, mais vous avez compris l’idée. J’avais repris contact avec Théa et je n’avais pu stopper cette inquiétude qui me rongeait peu à peu. Je n’étais pas stupide ! La preuve, je me trouvais presque au sommet d’un empire monstrueux que tout concurrent aimerait anéantir. Oui l’empire Hauptman était devenu grand. Et non, mon père ne m’avait pas accepté à la direction seulement parce que j’étais son fils. Et croyez-moi quand je vous dis que parfois je ne préférerais pas l’être ! Mais néanmoins, la pratique et l’exercice que j’avais reçu dans mon éducation me faisait mériter ce poste. Cela avait rendu fier mon père. J’avais même cru voir une larme au coin de son œil. Je l’en avais bien sûr taquiné et il avait nié avec véhémence ! Ainsi, dans mon bureau je gigotais. Je ne tenais pas en place.

-Monsieur Hauptman, votre rendez-vous de 19 heures vient d’être annulé.  

Je sens la colère me prendre. Ce client se fout royalement de moi. Je lui laisse un trou dans mon emploi. Je finis tard et … je me stoppe dans mes réflexions. Je viens de voir que je peux finir deux heures plutôt. D’un seul coup je me lève et prends dans mes bras ma secrétaire. Elle a l’air choqué. Qui ne le serait pas ? Son patron vient de lui faire sa première accolade. Mais ce sera aussi la dernière, parce que  je ne suis pas du genre à passer en procès pour harcèlement sexuel sur employée.

-Merci !! Merci !

L’immense immeuble se trouve au loin. Je lui dire au revoir de ma voiture. Je suis encore en smoking. Ma tenue de travail depuis maintenant plusieurs années. Il était loin le temps où je pouvais mettre un jean et un t-shirt le samedi matin. Maintenant mes samedi se trouvaient être très souvent pris. Et mon père qui voulait que je commence à penser à trouver une épouse ? Quand ? Je n’avais pas de temps pour moi. « Oui, mais tu as du temps pour aller voir Théa » me souffle ma conscience. Je grognais au volant, mais rapidement un long sourire apparut. Je venais de me garer devant la demeure de cette femme. Une femme que je n’avais jamais réussi à oublier. J’avais pourtant essayé. Mais toutes les femmes avec qui j’aurai pu avoir une relation n’étaient pas Théa, alors j’avais préféré me noyer sous le travail. Ça avait payé jusqu’à présent !

Je suis à quelques mètres. Mon bras se lève. J’approche doucement de la trentaine et me voilà comme un adolescent pré-pubère à stresser devant une porte. Si ça n’avait pas été moi, j’aurai ris de la personne en question ! Mais quand faut y aller ! Faut y aller ! Alors je frappe à la porte et j’attends. J’attends… jusqu’à ce qu’elle apparaisse. Elle n’a pas changé… quoi que.

« hey.. tyler ! je ne m'attendais pas à recevoir ta visite maintenant..  je peux t'aider pour quelque chose ? si j'avais su que tu venais là tout de suite, j'aurais enfilé une tenue plus.. décente.. désolée, c'est pas le top. par contre, tu es très beau dans ce costume.. vraiment sexy.. »

Je fronce légèrement les sourcils. Elle a fermé la porte derrière elle. Soit je ne suis pas le bienvenue et notre petite conversation de tout à l’heure n’était qu’une mascarade. Soit elle a quelqu’un chez elle, et je tombe vraiment mal. Néanmoins l’inquiétude que je ressentais et qui c’était légèrement évanouie en la revoyant, réapparut.

-Hey ! Et bien je voulais te faire la surprise. Et puis mon agenda venait de recevoir un généreux trou de la part d’un client donc je me suis dit « Pourquoi pas ! » alors me voilà en tenue de travail peu confortable… Tu es très bien comme tu es… non pas que j’en profite pour regarder avec indécence mais…, je m’embrouillais moi-même avec ce maudit stresse alors j’inspirais un grand coup et la fixais droit dans les yeux, je tombe mal c’est ça ? Tu es déjà avec quelqu’un ? Tu aurais dû me dire que c’était ça qui te mettait mal à l’aise… enfin j’aurai compris. Surtout ça !


Dernière édition par Tyler Hauptman le Lun 7 Juil 2014 - 0:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Dim 6 Juil 2014 - 20:21

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

19h30. Mais qui peut bien venir frapper à ma porte à cette heure ? Essuyant mes mains pour partir ouvrir, je profita de la distance de la cuisine à la porte d'entrée pour lancer les paris sur l'identité de la personne qui selon moi se tenait derrière la porte. Souriant en entendant les enfants gazouiller, je leur jeta un regard. Parrain Nate ? Marraine Géo ? Tonton Logan ou le facteur ? Ben non, pas le facteur à cette heure, Théa... Riant à ma propre bêtise, c'est souriante que j'ouvris la porte. Un sourire qui rapidement disparu au profit de la surprise plus ou moins marquée sur mon visage, avant que je ne décide de braver la fraicheur du soir pour rejoindre cet homme, Tyler qui depuis son retour faisait palpiter mon coeur. Si seulement j'avais su qu'il comptait venir, s'il m'avait envoyé un simple texto pour me prévenir quelques minutes avant d'arriver, je serai probablement coiffée, la maison serait rangée quant aux enfants, ils seraient rapidement placés chez parrain & marraine. Ma maternité ne me faisait pas honte bien au contraire, disons seulement qu'annoncer à l'homme qu'on a toujours aimé et qu'on aime toujours que je suis devenue maman non pas d'une fille ou d'un garçon mais bien des deux.. C'était quitte ou double. Nous n'avions jamais vraiment parlé d'enfant ou même de mariage durant nos quelques années d'amour. Autant dire que je ne voulais pas risquer de le faire fuir et de le perdre à nouveau.. J'avais autrefois beaucoup trop souffert pour m'exposer à nouveau à cette ultime et énorme déprime.. Grattant ma nuque, quelque peu mal à l'aise face à lui entre autre parce que je trouvais horriblement sexy dans son costume et avec cette petite barbe qui le rendait terriblement viril, mais aussi parce que je n'étais pas assez sexy pour le recevoir, pas assez jolie et surtout que la maison n'était pas assez rangée et les affaires de bébés placées bien trop à vue.. Déposant un baiser sur sa joue pour le saluer, je lui offris mon plus beau sourire pour le détendre et me détendre à mon tour. Oh pour une surprise c'est vraiment une surprise oui ! Dis-je en riant légèrement avant de le regarder, lui qui semblait inquiet. Oh. Non. Non tu déranges pas, c'est juste que.. C'est pas que tu tombes mal mais j'ai pas vraiment préparé ta venue, mais au fond c'est pas grave. Il n'y a personne chez moi.. Bon. Laisse moi deux petites secondes le temps de ramasser quelques objets et je te fais entrer. Fais moi confiance, n'aies pas peur. J'arrive tout de suite. Dis-je en embrassant rapidement sa joue avant d'entrer, laissant le jeune homme dehors. Ramassant tous les objets, je finis par réouvrir la porte. Bon.. J'ai un petit secret que j'ai pas voulu te dire de suite parce que c'est pas facile à expliquer et que je ne veux pas te perdre une nouvelle fois. Ne m'en veux pas.. Je voulais vraiment faire les présentations comme il se doit. Entre, fais comme chez toi.. Bienvenue chez nous. Murmurais-je en le laissant entrer, pour le moins stressée. Posant ma main sur ses épaules, je lui retira sa veste pour le mettre à l'aise. En vérité, je ne suis pas tellement seule.. Dis-je en attrapant la petite tête brune aux doux prénom d'Eden, ma fille, avant de me tourner vers lui, guettant sa réaction avec crainte.



   

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Dim 6 Juil 2014 - 21:33





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡


Elle vient déposer un baiser sur ma joue. Un courant électrique passe dans mon corps. L’effet qu’elle a sur moi n’a pas diminué. Elle a toujours cette emprise sur ma personne. Déjà quand nous étions jeunes cette emprise était là. Je rôdais prêt d’elle. Je faisais partis des populaires. Je n’avais pas à regarder une fille comme Théa. Mais je me fichais de l’éthique. Je me fiais simplement à mes tripes. Et ces dernières m’avaient conduit à venir parler à cette étudiante qu’elle était. De fil en aiguille, l’emprise s’était faite plus forte, plus dure. Je vous laisse imaginer les dégâts que notre rupture forcée a laissé sur son passage. J’avais été tout simplement anéantis. Je faisais partis de ces mecs qui finissaient par se morfondre comme des filles. Mais en l’occurrence, il y avait de quoi ? J’avais perdu la femme que je considérais comme étant LA femme de ma vie. Mais ça je ne lui avais pas dit. Je ne pouvais pas lui dire, cela n’aurait été que plus horrible pour notre séparation.

« Oh pour une surprise c'est vraiment une surprise oui ! Oh. Non. Non tu ne déranges pas, c'est juste que... c'est pas que tu tombes mal mais j'ai pas vraiment préparé ta venue, mais au fond c'est pas grave. il n'y a personne chez moi…. Bon, laisse-moi deux petites secondes le temps de ramasser quelques objets et je te fais entrer. fais-moi confiance, n'aies pas peur. j'arrive tout de suite. »


Elle embrasse de nouveau ma joue. Je sens de nouveau cette décharge parcourir mon corps. Je ne peux m’empêcher de toucher ma joue avec un léger sourire. Elle est à l’intérieur. Je ne bouge pas. Je reste humble, attendant sur le pas de la porte. Ce n’était pas vraiment comme ça que j’imaginais nos retrouvailles. Ce fut un point de plus pour mon stresse, car je savais quand Théa mentait… elle avait toujours ce léger tic. Et ici, une part de ce qu’elle venait de me dire était un mensonge.

Puis elle me laisse entrer. Sa main se pose sur mon épaule. Je pourrais presque plâner, mais le stresse fait que je suis à vif. Je m’inquiète car je sens sa tension et je sais que je suis un acteur dans cette dernière. J’avais envie de lui demander : « mais qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi ? » Mais rien ne sortait de ma bouche. Alors j’entrais à sa suite, puis finalement elle commença à parler. Ces paroles ne firent qu’attiser mon angoisse.

« bon.. j'ai un petit secret que j'ai pas voulu te dire de suite parce que c'est pas facile à expliquer et que je ne veux pas te perdre une nouvelle fois. ne m'en veux pas. Je voulais vraiment faire les présentations comme il se doit. Entre. Fais comme chez toi… Bienvenue chez nous…. »
-Quoi que…, commençais-je avant qu’elle ne m’interrompe.
« en vérité, je ne suis pas tellement seule. »


Un petit être venait de m’être présenté. J’ouvris la bouche pour sortir quelque chose, mais rien… le silence total. Pourtant j’avais quelque phrase dans mon encéphale, mais c’est comme si j’étais soudainement pris d’une aphasie. Mon aire de broca devait être endommagé à un tel point et tellement rapidement que je n’avais rien vu venir… à moins que ce soit le choc et la surprise. Oui, probablement la deuxième option. Parce que j’avais tout de même un enfant devant moi !

-Je… Wow, ok… ça pour un secret c’est du secret. Je peux totalement comprendre que tu ne voulais pas que je l’apprenne. Je… Tu dois surement passé la soirée avec ton homme et ta fille, je devrais m’en aller. Je suis bête, j’aurais vraiment dû envoyer un message avant. … enfin je n’ai pas pensé que… wow !

J’étais totalement estomaqué. J’étais à court de mot et pour tout vous dire je me sentais con. Oui, terriblement con ! Comment avais-je pu croire que cette femme serait là disponible pour moi et que nous pourrions reprendre là où nous nous étions arrêtés.


Dernière édition par Tyler Hauptman le Lun 7 Juil 2014 - 0:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Dim 6 Juil 2014 - 22:45

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Le moment était donc venu. C'est le moment, c'est l'instant, impossible de reculer à moins de le perdre définitivement. Il y'avait trop de non-dits, trop de question qui devaient se bousculer dans sa tête, trop de réponses qu'il attendait et surtout trop d'inquiétude marquant son visage. Je me devais de lui dire la vérité, que ça passe ou que ça casse. Au moins je me serai montrée franche et honnête jusqu'au bout. Ramassant doudou, ours en peluches, Sophie la girafe et autres jouets, repliant les couvertures chaudes des enfants, je réouvris finalement la porte en souriant légèrement, je le laissa finalement entrer. Effleurant mon bras, je pouvais sentir son parfum, toujours le même depuis pourtant tant d'années passées. Admirant le changement opéré depuis notre séparation, je finis par le devancer pour lui présenter la petite Eden. Toute souriante, je maintenais la petite fille aux yeux clairs dans mes bras. Voilà Eden, quant au petit loup dans le parc qui roupille, c'est Naël Dis-je en souriant légèrement. Attendant sa réaction, je regardais le mouvement de ses lèvres et l'expression sur son visage. Je… Wow, ok… ça pour un secret c’est du secret. Je peux totalement comprendre que tu ne voulais pas que je l’apprenne. Je… Tu dois surement passé la soirée avec ton homme et ta fille, je devrais m’en aller. Je suis bête, j’aurais vraiment dû envoyer un message avant. … enfin je n’ai pas pensé que… wow ! Ecarquillant les yeux, je le regardais faire demi tour sans comprendre. Déposant la petite dans son parc, glissant la tétine dans sa bouche tandis qu'elle s'apaisait, je rejoignis Tyler à temps pour l'empêcher de partir. Glissant devant lui pour refermer la porte, je le regardais dans les yeux. Non, Tyler.. Ecoute c'est pas ce que tu crois. Je ne t'ai rien caché de plus que ma maternité. Je ne passe pas de soirée avec un homme, je suis constamment seule parce qu'il n'y a absolument aucun homme dans cette maison ni même dans ma vie Dis-je en soupirant. Ne pars pas, Tyler.. S'il te plait. Te revoir est la plus belle chose qui me soit arrivée depuis longtemps. Je ne veux pas que tu partes sur un malentendu pareil.. Je suis une maman célibataire, Tyler. Depuis le début.. Il n'y a pas beaucoup d'hommes qui s'intéressent à une femme avec des jumeaux. Ou ils s'intéressent à moi puis finissent par fuir en apprenant mon secret.. Toi aussi tu vas fuir comme les autres ? Demandais-je en plongeant mon regard brun dans le sien. S'il y'a bien une personne que je ne veux pas perdre c'est toi, pas encore une fois.. Je ne veux pas revivre ce qu'on a vécu il y'a quelques années.. Dis-je en lui laissant le passage et par conséquent le droit de partir ou au contraire de rester. Rejoignant la petite, je la repris sur moi et la couvris d'une couverture pendant que Naël dormait profondément. Les choses étaient dites désormais. Il restait une chance sur deux. Son départ, ou son retour dans le salon.



   

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Dim 6 Juil 2014 - 23:54





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

Je ne fuyais pas. Je laissais juste la place à cet homme qui avait pris la mienne sans même que je m’en rende compte.

J’étais jeune quand j’avais commencé ma relation avec Théa. Elle avait duré deux ans. Cela pouvait être court… ça l’avait été ! Mais en deux ans, cette femme m’avait changé. Elle m’avait fait découvrir ce que c’était d’aimer et d’être aimé en retour. Certes ma mère m’avait appris ce que c’était cela, mais ce n’était pas le même amour. Je portais pour ma mère un amour inconditionnel, et même encore aujourd’hui alors qu’elle devait me regarder de son petit nuage. Pour Théa j’avais un amour puissant, éternel. Un amour imparfait avec plein défaut… J’étais jaloux à l’époque de notre relation et je l’étais encore aujourd’hui. La preuve… je détestais déjà cet homme qui l’avait touché ! Qui lui avait fait des enfants ! Bordel ça aurait dû être moi !
J’entends ses pas derrières moi. Mais je ne peux pas rester dans cette demeure. Je ne peux pas rester auprès d’elle en sachant qu’elle aime un autre homme, qu’elle offert ce corps à cet homme. Non… je sais que je ne pourrais retenir ma jalousie, ma colère. Je n’étais pas parfait comme aimer le croire la plupart des femmes que mon père avait tenté de me présenter. J’étais un Hauptman, rien de plus, rien de moins.


« non, tyler.. ecoute c'est pas ce que tu crois. je ne t'ai rien caché de plus que ma maternité. je ne passe pas de soirée avec un homme, je suis constamment seule parce qu'il n'y a absolument aucun homme dans cette maison ni même dans ma vie »

Je me stoppe net. Ces paroles viennent heurter de plein fouet mon cœur d’homme. Elle me regarde avec ses yeux chocolat. Je fonds. Je reste cependant stoïque à ses paroles. J’ai encore du mal à réaliser. Peut-être prend-elle ma réaction pour de la colère ? Car elle continue de parler… mais elle n’a pas besoin d’en dire plus pour que je reste. Je me fichais royalement qu’elle avait des enfants. J’étais là pour elle… que ce soit avec trois cents chiens ou quatre-vingt gosses. Je l’aimais elle et la totalité de son monde. Mais ça elle ne le savait pas encore.

«  ne pars pas, tyler.. s'il te plait. te revoir est la plus belle chose qui me soit arrivée depuis longtemps. je ne veux pas que tu partes sur un malentendu pareil.. je suis une maman célibataire, tyler. depuis le début.. il n'y a pas beaucoup d'hommes qui s'intéressent à une femme avec des jumeaux. ou ils s'intéressent à moi puis finissent par fuir en apprenant mon secret.. toi aussi tu vas fuir comme les autres ? s'il y'a bien une personne que je ne veux pas perdre c'est toi, pas encore une fois.. je ne veux pas revivre ce qu'on a vécu il y'a quelques années. »

Elle se retire de devant la porte. C’est l’occasion pour partir. Vais-je le faire ? En ai-je envie ? Non et je ne vais pas le faire car je vais rester là… avec elle, avec Eden et Naël. Je soupire. La tension s’est soudainement évacué de mon corps. Je connais son secret… enfin je ne connais pas tout et ça je ne le sais pas, mais ça n’a pas lieu d’être dans ce qui suit. Je dois me concentrer sur cette femme qui semble fatiguée… et je n’arrange rien à ses soucis en venant et en faisant un crise colérique à la Tyler Hauptman. Alors je m’avance vers elle et passe ma main droite sur sa joue. Je viens légèrement glissé mes doigts dans ses cheveux brun.

-Je ne fuis jamais. N’oublie pas qui je suis, Théa, soufflais-je en venant déposer un baiser sur son front. Allez, calme toi. Tu ne m’as pas perdu et je suis désolé d’avoir fait des hypothèses trop hatives.

Je me reculais pour la regarder. Je lui souris et passais ma main dans son dos pour retourner vers les enfants. Je ne pouvais m’empêcher de la fixer par moment, détaillant sa silhouette. Oui, certes elle est pas très bien vêtue mais ce n’est pas cela qui me choqua le plus. Je fronçais les sourcils.

-Depuis combien de temps n’as-tu pas pris soin de toi ? Depuis combien de temps n’as-tu pas mangé convenablement Théa ?
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 0:40

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Allait-il fuir comme tous les autres jusque ici ? Allait il me juger comme les autres l'ont fait jusqu'ici. C'était tellement facile pour certains de me juger dans la rue. Pas de bague au doigts et deux enfants ? Sacrilège, des enfants hors mariage. Tels étaient les réflexions que je recevais chaque jours en me promenant en ville. Des propos qu'on aurait tenu il y'a cinquante ans, mais plus à l'heure ou les jeune filles de 17 ans tombent enceinte volontairement. Enceinte à 23 ans, je me considérais comme particulièrement mature et apte à gérer mes enfants contrairement à ce que d'autres pensaient. Soupirant de déception et de fatigue, je me laissais aller dans le sofa pour me reposer quelque peu, attendant sa décision bien qu'elle me semblait pour le moins évidente. Du moins jusqu'à ce qu'il ne revienne dans le salon, à ma plus grande surprise. Il m'avait pourtant regardé avec un tel regard que son départ m'avait semblé une évidence qui n'en était qu'une qu'à mes yeux. Peut-être qu'enfin j'aurais quelqu'un à mes côtés. Peut-être que j'avais bien fais de rester seule si longtemps, refusant coups d'un soir sur coups d'un soir. Sa main posée sur ma joue m'arrache un long frisson, parcourant ma nuque et s'évacuant par mes pieds. Chacun de mes sens est en éveil, en particulier le toucher et l'odorat. Sa peau chaude m'avait manqué. Mon coeur manquant un battement, il s'accéléra subitement. Le regard plongé dans le sien, je finis par lui sourire légèrement appuyant mon visage sur sa main et fermant mes yeux pour profiter du court instant ou ses lèvres se posaient sur mon front. Dégageant un bras, je le glissais dans son dos pour le serrer contre moi tandis qu'Eden marquait son amusement dans un petit cri amusé qui me fit rire dans le cou de Tyler. Tu m'as fichu la trouille.. J'ai pas envie de revivre ce que j'ai vécu il y'a quelques années.. Genre tu débarques dans ma vie, plus sexy que jamais, je te botte le cul si tu veux en ressortir. Namaioh.. Murmurais-je en souriant avant de jouer avec ses boucles dorées, le regard dans le sien. Je ne t'en veux pas. J'aurais du te le dire plus tôt, mais c'est pas le genre d'info facile à donner à son ex qu'on retrouve avec plaisir.. Je suis désolée.. J'ai même pas pu te faire de pâtisserie.. Ce sera pour demain.. Mais je peux te faire à souper Dis-je en souriant avant de reposer Eden dans son parc, à côté de Naël qui dormait encore. Quelle marmotte celui là.. Murmurais-je avant de me retourner vers Tyler pour répondre à son inquiétude. Je mange. Mais j'ai plus tellement l'appétit. J'ai fais un petit séjour rapide en clinique pour un malaise. Je suis tombée avec Naël à bras... J'ai eu le réflexe de me tourner. Mon épaule a tout pris et est encore douloureuse mais je préfère ça, à la mort de mon fils.. Je suis bornée, tu me connais. Moi et les hôpitaux on est pas très copains.. Mais je m'améliore, crois moi. J'ai déjà repris quelques kilos.. cela dit, si tu me proposes un repas, c'est pas de refus celà dit ! Dis-je en souriant largement. Tu restes ce soir ? Je t'offre mon lit pour la nuit si tu le désires. Ne commence pas à t'en faire pour moi, toi non plus. Maintenant je vais beaucoup mieux, soudainement. Faisant un clin d'oeil à Tyler, je me glissais derrière le comptoir de la cuisine. Je peux t'offrir quelque chose ? Café ? Bière ? Soda ? Thé ?



   

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 1:05





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

Je ne fuyais pas. Je n’allais certainement pas fuir alors que cette femme se trouvait être seule. La femme qui me hantait était seule et à vue d’œil je pouvais facilement dire qu’elle avait besoin d’une épaule sur laquelle se reposer.

Je serais cette épaule.
Je serais l’homme qui s’occuperait d’elle nuit et jour.
Je serais l’homme qui accourait même à 3 heures du matin si elle m’appelait en pleurant.
Je serais la personne de toutes les situations, rien que pour elle.

Nous venions de nous retrouver. Je laissais le temps reprendre son cours, reprendre son pouvoir. Car le temps jusqu’à présent n’avait pas été en notre faveur.
Plusieurs mois à se tourner autour.
Deux ans de relation.
Tellement d’année de séparation.
Alors j’allais simplement laisser les choses se faire et profiter de chaque instant en sa présence… enfin en leur présence. Car aujourd’hui, si je voulais Théa, si la voulais auprès de moi, dans ma vie, il me faudra accepter ses jumeaux. Chose peu difficile à faire. J’avais été enfant unique, et je ne m’imaginais pas père maintenant. D’ailleurs je ne serais jamais leur père, mais je pouvais tout de même être là et agir comme le ferait un oncle ou un parrain.

« tu m'as fichu la trouille.. »

Je souris. Evidemment que je lui avais fichu la trouille, mais elle aussi m’avait fichu la trouille ! C’est un prêté pour un rendu ! Même si nous avions presque les mêmes peurs, nous étions aussi très différents. Mais c’était ces différents qui avaient fait de nous un couple fort autrefois. Espérons que ces différences soient toujours notre force.

« quelle marmotte celui-là.. »

Elle est belle. Attentionnée, fraiche et aimante : voilà comment je vois cette femme. Elle aime ses enfants. Tellement qu’elle préfère se casser la clavicule plutôt que de blesser l’un d’entre eux. C’est un beau geste. C’est l’acte d’une mère protectrice et bienveillante. C’est Théa. Je ne la voyais pas autrement ! Car au fond cette femme a aussi gros que l’état du Texas. J’ai toujours eu peur qu’avec un cœur si gros, quelqu’un réussisse à la manipuler et à lui faire du mal. Mais j’avais tu cette peur et l’avais laissé partir sans moi… sans ma protection… sans mon amour.

« je peux t'offrir quelque chose ? café ? bière ? soda ? thé ? »

-Sors moi une bière veux-tu. Toi en attendant tu vas aller te prendre un bain décontractant pendant que je fais à manger avec ce qu’il y a dans tes placards…. Ne t’en fais pas je vais fouiller, je lui fais les gros yeux quand je vois qu’elle tente d’argumenter…. Tut tut tut !!! Y a pas de mais qui compte. Moi je vais te faire à manger, tu vas avoir de l’appétit. Je vais surveiller tes enfants pendant ce temps là… je suis un homme polyvalent, je sais faire plusieurs choses à la fois… et ensuite quand tout sera plus calme je vais te détendre cette épaule pour que tu ais moins mal.

Je ne lui laissais pas le choix. Son programme pour ce soir c’était : bain relaxant, dîner préparé par mes soins et un massage de l’épaule. Oui, j’avais décidé qu’elle serait chouchoutée pour nos retrouvailles.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 1:42

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Et l'histoire se répétait. Bizarrement, la situation me paraissait étrangement similaire à celle Du début de nitre histoire. Le jeu du chat et de la souris, les réactions vives, les sensations décuplées, le coeur palpitant en sa présence.. Je savais exactement ce que je vivais. Je retombais amoureuse bien plus encore que je ne l'avais été autrefois. Tyler représentait beaucoup pour moi a l'époque. Premier baiser, première nuit, première fois.. Premier tout. L'alarme de la maison pouvait tomber en panne, je me sentais en sécurité avec lui .. Même les bouquets de roses noires. Les appels nocturnes inquiétants restaient sans effets désormais qu'il était là. Au fond de moi, j'espérais qu'il le reste définitivement mais par crainte de souffrir je gardais en tête la possibilité douloureuse d'une autre femme. Comment regirais-je ? La frustration puis les larmes une fois seule. Un torrent de larmes, c'était indeniable. Tyler était a lui seul toute ma vie, les plus beaux souvenirs, ce lui que j'aurai imaginé a mes cotés pour élever non pas mes enfants mais nos enfants, une bague au doigt. L'histoire idyllique et bien imaginaire. Grande romantique dans l'âme.
Sortant de mes pensées, je lui tournais le dos pour lui sortir une bière fraiche du frigo ainsi qu'un thé glacé pour moi, fervente accro de cette boisson raffraichissante. Prête a répliquer pour marquer mon refus, il me devança. Quelle classe dis-donc.. Je devrai t'effrayer plus souvent, j'ai le droit a être chouchoutée!! Je file donc dans mon bain. S'ils se réveillent ne panique pas. Appelle moi. Souriant, je lui adressais un clin d'œil avant de monter d'un pas souple les escaliers de la demeure jusque la salle de bain. L'eau chaude faisant de la buée sur la vitre, je me glissais dans mon bain, soupirant de plaisir. Trentes bonnes minutes plus tard, j'en ressortais apaisée et couverte d'un doux parfum de framboise avant d'accentuer le parfum par un coup de vaporisateur parfumé. Enfilant une tenue un peu plus classe tout en restant concordante a une tenue de nuit, je rejoignis Tyler, les cheveux montés en chignon. C'est dingue mais ça fait trois mois que je n'ai plus pris ce genre de bain.. Depuis que j'ai accouché en fait. C'était tres reposant. Maintenant tu me donnes faim. Tu as préparé quoi, oh grand chef cuistot ? Assise face a lui, je soulevais le couvercle de la casserole avec curiosité avant de me faire réprimander comme une enfant Pardon, oh grand chef. Toi qui connait mes gouts, ça devait être facile de me cuisiner un plat. Donnant tout de même un coup de main, je sortais les couverts avant de sortir la bouteille de vin qu'on m'avait offert il y'a peu, servant deux verres et dégustant ce dernier en admirant Tyler, le sourire aux lèvres. Tu m'as manqué... J'hésite presque à te séquestrer pour ne plus que tu partes. Je deviens folle. Glissant mon visage entre les mains, je le cachais en riant légèrement







Dernière édition par Théa S. Banks le Lun 7 Juil 2014 - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 2:39





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

« - Quelle classe dis-donc. Je devrai t'effrayer plus souvent, j'ai le droit d’être chouchoutée!! Je file donc dans mon bain. S'ils se réveillent ne panique pas. Appelle-moi. »

Ce sourire quand elle est partie. Cet air enjoué et heureux que son visage abhorre, voilà ce que j’aimais voir chez elle. Je détestais la voir pleurer. Je détestais la voir inquiète. En fait chaque sentiment négatif qu’elle pouvait ressentir, je détestais cela. Théa n’était pas le genre de femme que l’on devait faire souffrir. C’était la femme que l’on devait protéger coute que coute, que l’on devait rendre tellement heureuse qu’elle sourirait à s’en décrocher la mâchoire. C’est le genre de femme pour qui on décrocherait la lune si on le pouvait. Alors évidemment quand elle partit ainsi, je fus moi aussi à mon tour heureux.

Les minutes défilent. Je tends une oreille vers les jumeaux, mais aucun bruit ne parvient à mes tympans. Ils sont calmes. Je vais même jusqu’à jeter un coup d’œil. Finalement Eden a fini par rejoindre son frère au pays des rêves.

Je retourne dans la cuisine. Mais avant cela, j’ai rajouté près de ma veste ma cravate, puis j’ai déboutonné deux boutons du haut de ma chemise puis j’ai remonté mes manches.  

J’ai trouvé plusieurs aliments qui correspondraient pour un plat. Un plat que je n’avais pas mangé depuis bien longtemps ! Si mes souvenirs étaient bons, avec ces aliments-ci je pouvais créer le repas préféré de Théa. Bon, je ne l’avais jamais cuisiné mais à vivre seul depuis bientôt trois ans j’avais dû apprendre à m’adapter. Surtout depuis que ma mère n’était plus là pour me faire des petits-plats.

Je suis toujours en train de cuisiner quand j’entends les pas de Théa en haut. Elle descend les escaliers, ça grince. Puis elle apparait dans l’encadrement de la porte. Je reste immobile comme hypnotisé devant la scène qui se joue devant moi. Elle est magnifique.

« - C'est dingue mais ça fait trois mois que je n'ai plus pris ce genre de bain.. Depuis que j'ai accouché en fait. C'était très reposant. Maintenant tu me donnes faim. Tu as préparé quoi, oh grand chef cuistot ? »

Je suis tellement sans voix que je n’arrive même pas à décrocher un mot. Mais je vois commencer à toucher à mon plat, soulevant le couvercle de la casserole. Je vois que sa curiosité n’a pas disparu.

-Tut tut tut ! On touche pas Mademoiselle… la curiosité est un vilain défaut.
« - Pardon, oh grand chef. Toi qui connais mes gouts, ça devait être facile de me cuisiner un plat. »

Je me mets doucement à rire devant ses excuses. Cette complicité naturelle entre nous m’avait manqué. Tout en elle m’avait manqué. J’étais déjà en émoi mais ce fut encore plus le cas quand elle m’avoua que je lui manquais. Si je n’avais pas eu ma fierté et si je n’avais pas été un homme de 26 ans portant le nom de Hauptman je me serais permis de pleurer de bonheur devant elle, mais au lieu de cela, je souris un peu plus.
« - Tu m'as manqué... J'hésite presque à te séquestrer pour ne plus que tu partes. Je deviens folle. »
-C’est l’effet Hauptman ! Et tu peux me séquestrer quand tu veux… c’est bien plus plaisant d’être séquestré par toi que par ma secrétaire tyrannique, lui assurais-je puis je pris un air un peu plus sérieux, tu m’as manqué aussi Théa… ça fait du bien de te revoir, enfant ou pas enfant.

Je me redressais pour terminer le plat. Cela ne prit pas moins de 10 minutes. Les assiettes préparées, j’essayais de faire une belle présentation. Bon je n’avais pas un niveau de cuisine 4 étoiles, mais au moins ça ne ressemblais pas à de la nourriture d’un collège de banlieue ! Je disposais l’assiette de Théa devant elle, attendant qu’elle réagisse à ce que j’avais fait.

-… j’espère vraiment avoir bonne mémoire, sinon j’ai l’air d’un… idiot.

Scrutant sa réaction, je posais mon assiette et me rassis juste en face d’elle.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 15:09

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

C'était un plaisir, un plaisir fou de voir a quel point Tyler me connaissait. A quel point il n'avait pas oublié notre histoire, savoir qu'il n'avait pas renoncé et n'avait rien oublié.. En fin de compte, tout n'était peut-être pas fini au fond.. Peut-être que sa présence était un signe que nous vous étions quittés trop vite. C'était exactement ce que je pensais. A mes yeux,les sentiments étaient toujours les mêmes des années après nitre première, des sentiments bien plus fort qu'autrefois.. Souriant légèrement, je regardais Tyler cuisiner avec plaisir. Il était mignon avec sa chemise entreouverte, ses manches relevées et son sourire sans failles... Appuyée sur le comptoir, je m'installa a table, souriant au plat qu'il posait devant moi. Tu n'as pas oublié mon plat préfère... Wow. Tu m'epates. Souriant, je mangea avec un plaisir démesuré. Il était plutôt bon chef. Finalement, je l'inviterai peut être plus souvent... Drôlement doué dis donc.. C'est délicieux, vraiment. Qui est-ce que t'a appris a cuisiner si bien ? Demandais-je en terminant rapidement cette assiette plutôt bien copieuse, sans doute voulait il me remplumer étant donné qu'il me trouvait trop maigre a son goût. [color=#ff0033]c'est ainsi que tu comptes me remplumer ? Je suis pour ! Sinon.. Raconte moi ta vie depuis tout ce temps ... Une femme ? Maison ? Appart ? Histoire qu'on rattrape le temps perdu..[/color






Dernière édition par Théa S. Banks le Lun 7 Juil 2014 - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 17:56





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

 « - Tu n'as pas oublié mon plat préfère... Wow. Tu m'épates. »

Je n’ai oublié aucun détail de notre relation.
Je n’ai pas oublié les traits de son visage.
Je n’ai pas oublié le son de sa voix ou l’odeur de ses cheveux quand elle a pris sa douche le matin même et qu’en arrivant elle me prend dans ses bras.
Je n’ai rien oublié. Aucun moment n’est passé dans l’ombre, tout m’est resté en mémoire. Et je compte bien à ce que ça reste ainsi.

Je souris simplement. Je vois qu’elle mange de bon train et j’en suis heureux. Je reste silencieux pendant un petit moment, me délectant de la voir manger et me délectant de l’entendre me faire des compliments. Car au fond c’était ses compliments à elle qui me faisaient le plus de bien.

« - Drôlement doué dis donc. C'est délicieux, vraiment. Qui est-ce que t'a appris à cuisiner si bien ? »
-Mhh c’est ma mère qui m’a appris, lui répondis-je en essuyant ma bouche à l’aide de la serviette.
« - c'est ainsi que tu comptes me remplumer ? Je suis pour ! Sinon... Raconte-moi ta vie depuis tout ce temps ... Une femme ? Maison ? Appart ? Histoire qu'on rattrape le temps perdu. »
-Et bien au moins, mon plan fonctionne. Oui c’est ainsi que je vais te remplumer.

Je reste un moment silencieux. Réfléchissant à ce que j’avais dans ma vie. Mon travail, ça c’était sûr. Une femme ? Non. Une maison ? ça non plus je n’avais pas. En revanche l’appartement, l’énorme appartement que je pouvais me payer, ça j’avais.

-Et bien comme tu l’as deviné avec le costume je travaille dans l’empire de mon père. Je dois encore faire beaucoup pour qu’il accepte de me laisser gérer une filiaire plus importante que celle en ce moment, mais ça va. Je m’accroche. Evidemment je n’ai pas le temps d’avoir de femme… et pas l’envie. Et je vis dans un grand appartement. Contrairement à toi je suis seul et l’espace met bien suffisant pour moi tout seul. Et toi ? Raconte moi pour tes petits bouts, ils ne sont pas venus là par hasard.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 19:04

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Si j'avais cru que nous nous retrouvions autour d'un tel repas préparé par les petites mains de mon tout premier amour.. Ca alors. Je me serais probablement prise pour une folle et pourtant j'avais beau me pincer encore et encore, c'était toujours son parfum que je sentais dans l'air ambiant, son visage que je voyais bien que plus barbu et son corps et que matais sans aucune gêne, quoi que plus musclés. Pas de rêve, juste cette merveilleuse réalité de retrouver cet homme tant aimé, malgré la douleur que cela me remémorait au passage et la crainte de devoir à nouveau supporter son départ. Le changement depuis notre séparation était pour le moins surprenant. Au vu du costume qu'il revêtait, il devait avoir un travail à responsabilité. Sa perfection culinaire me disait que sa maman devait sans doute y être pour quelque chose, cette femme que j'avais rencontré quelques fois au cours de diners et avec qui je m'entendais plutôt bien. Je me demandais d'ailleurs comment elle allait. Souriant en mangeant une énième bouchée de ce plat préparé avec encore plus d'excellence que je n'aurai pu le faire, je continua Et alors, ta maman ? Comment elle va ? Toujours de si bonne humeur ? Je la revois encore, un vrai rayon de soleil.. Le regard planté dans le sien, tout sourire, je remarquais son regard se ternir et son sourire disparaitre de son visage. Elle ne pouvait pas.. Non..Reposant ma fourchette, je perdis à mon tour mon sourire. Ne sachant quoi dire, je me mordais la lèvre inférieure. Je suis désolée... Je ne savais pas.. Je m'en veux, vraiment.. Glissant ma main sur sa joue, je relevais son visage et contournais le comptoir pour le rejoindre et le serrer. T'es pas obligé d'en parler.. Je ne t'en voudrai pas. Dis-je en le serrant doucement contre moi, mal à l'aise de l'avoir à nouveau blessé.. Changeant de sujet pour ne pas à nouveau retourner le couteau dans la plaie, je recommençais. Joli plan bien ficelé. Mais je pense que ce n'est pas tellement le repas qui me fait du bien, c'est surtout te retrouver. Répondis-je en lui faisant un léger clin d'oeil. Ecoutant le récit rapide de sa vie, je ne pus m'empêcher de sourire à l'annonce de son métier. Oh, un espèce de Christian Grey sans le coté sado-maso ? Dis-je en riant Un appartement de luxe au vu de tes vêtements. Il va falloir que tu m'invites pour que je visite tout ça. Gérer une filière importante ? Tu es déjà overbooké, tu n'auras définitivement plus de vie si tu deviens le chef du chef.. Plus de temps pour moi non plus même si cela parait égoiste.. Souriant légèrement, sa réflexion me fit tiquer, je ne pus m'empêcher de relever. Par là, tu veux dire qu'il est assez grand pour toi parce que tu ne veux pas d'enfants ? Demandais-je. Première claque en plein visage. S'il ne voulait pas d'enfant c'était clairement cuit et recuit. Seconde claque avec sa question. Sujet tabou. Mordant ma lèvre inférieure, je débarrassa les assiettes et fis la vaisselle pour ne pas avoir à le regarder dans les yeux. Oh, eh bien j'ai travaillé dans les sciences pharmaceutiques mais j'en ai eu un peu marre, et comme je suis une folle de pâtisserie, j'ai envie de me lancer dans la restauration. Avec ma grossesse j'ai cuisiné pas mal pour m'occuper et voilà que tout le monde tombe amoureux de mes gâteaux. Puis j'ai accouché en Avril avec un mois et demi d'avance. Eden est née la première, par voie basse mais Naël ne descendait pas, alors j'ai eu droit à la césarienne d'urgence. Boh, je m'en suis remise. Je suis restée avec eux à l'hôpital pendant quelques semaines tant qu'ils étaient sous couveuse puis on a pu rentrer. S'en suit les nuits blanches, les larmes, les gros coups de stress et les séjours aux urgences pédiatriques en pleine nuit.. La vie de maman quoi. Rien de bien transcendant. Dis-je en haussant les épaules, espérant qu'il ne remette pas sur le tapis la question du père..



 


Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 20:56





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

Pendant un cours laps de temps, j’avais oublié que ma mère était morte.
Pendant un cours laps de temps, j’avais simplement été heureux.
Pendant un cours laps de temps, la culpabilité c’était juste envolée.
La magie Théa sans aucun doute. Mais ce temps était court… si court. Et alors la réalité revient comme la brûlure d’un fouet venant entailler votre joue. Ça fait mal.

« Et alors, ta maman ? Comment elle va ? Toujours de si bonne humeur ? Je la revois encore, un vrai rayon de soleil. »

Je n’arrive pas à faire semblant. Mon sourire s’efface et mon regard se ternit de cette tristesse. C’était inéluctable, je le savais. Un jour ou l’autre, Théa l’aurait appris. Mais je ne m’attendais pas à ce que ça tue la soirée aussi facilement. J’ai 26 ans. Je suis adulte. Pourtant sans ma mère j’ai l’impression d’être encore un enfant … un enfant totalement perdu.

Théa se lève. Elle s’excuse. Elle me prend dans ses bras comme elle l’aurait fait si nous étions encore ensemble. Elle n’y est pour rien. Je me devais de lui dire. Mais aucun son ne sortait, alors je passais simplement mes bras autour de sa taille et la serrait en essayant de ne pas lui faire mal avec ma force. La dernière femme que j’avais serrée dans mes bras, était le corps ensanglanté de ma mère. Le corps d’une femme à l’agonie qui avait attendu que j’arrive pour mourir… dans mes bras à moi… son fils.


« Joli plan bien ficelé. Mais je pense que ce n'est pas tellement le repas qui me fait du bien, c'est surtout te retrouver. »

Elle change de sujet. Ça me va parfaitement. Je ne m’attendais pas à ce que la blessure soit si profonde… encore si présente. Mais le changement de sujet me fait du bien. Je retrouve un semblant de sourire.

-Et bien je viendrais plus souvent !
« Par-là, tu veux dire qu'il est assez grand pour toi parce que tu ne veux pas d'enfants ? »

Je l’ai blessé. Cette fois, c’est elle qui souffre. Je ne sais pas pourquoi, mais je le sais. Elle ne me regarde pas. Elle me tourne le dos en faisant la vaisselle alors qu’elle me raconte son accouchement, sa vie avec les jumeaux. Elle évite de parler de cet homme qui l’a mise en cloque. Mon instinct me dit une nouvelle fois qu’elle me cache quelque chose. Mais je ne vais pas la presser. Moi non plus je ne veux pas parler de ma mère, alors si elle ne veut pas parler de cet homme j’attendrais comme je sais que Théa attendra que je m’ouvre à elle.

Je m’avance vers elle. Depuis que je l’ai senti contre moi, ses cheveux brun venant chatouiller mes narines et leur odeur venant faire chanter mes sens, je n’ai qu’une envie. La reprendre dans mes bras. Je ne résiste pas. J’arrive derrière elle et passe mes bras autour de sa taille. Je pose mon front contre son épaule et ferme les yeux pour apprécier le contact.

-Dis-moi si ça te gêne surtout…, lui dis-je alors que je restais ainsi pendant qu’elle continuait de faire la vaisselle.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 21:39

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Seule. J'étais seule depuis cette nuit où j'avais pris la fuite, après avoir appris ma grossesse et évité un nouveau séjour à l'hôpital. Avec cet événement, mon corps allait indéniablement changer et je ne me sentais pas capable de mettre un terme à la vie que je portais. C'était plus fort que moi, ce besoin de protéger l'enfant qui viendrait au monde dans quelques mois. Ce soir là, il était rentré complètement bourré d'une soirée entre pote autour d'un match de foot. De mon coté, j'avais passé la soirée seule à l'attendre, sans savoir ou il se trouvait. Endormie dans le sofa à force de l'attendre, ce fut le bruit d'une vitre cassée qui me réveillait. Son prétexte ? Il avait paumé ses clés et préférait casser une fenêtre pour rentrer plutôt que de me réveiller. Idiot. Repoussant le garçon, je refusais de me laisser embrasser tant il empestait l'alcool, ce qui ne semblait pas lui plaire au vu de sa réaction violente et de la gifle qui m'avait propulsée au sol, suivit de coups de pieds qui auraient très bien pu me faire perdre mon bébé. Dans un élan de folie, je l'avais poussé avant de l'assommer, brisant un vase sur son crâne avant de filer pour refaire ma vie, sans parvenir à récupérer mes affaires chez lui. Et le bébé s'était finalement transformé en jumeaux adorables... Telle était la vie que j'avais mené, depuis notre séparation à moi et Tyler. Aujourd'hui, les choses avaient changé et je retrouvais enfin mon sourire perdu depuis tant de temps. Même si ma mère était encore de ce monde, je pouvais parfaitement imaginer la souffrance qu'il devait ressentir, son regard en disait long et sa blessure était presque communicative.. Caressant doucement son dos, je posais mon visage dans son cou, en espérant que cette étreinte le soulagerait momentanément, ce qui de prime abord semblait fonctionner. Laissant finalement le jeune homme, je finis par répondre à mon tour à ses questions tout en faisant la vaisselle. Il ne m'avait pas répondu au sujet des enfants. Sans doute n'en voulait il pas. Quelque peu déçue, je me concentrais sur ma vaisselle et l'eau chaude qui coulait dans l'évier. Non, ce ne serait probablement pas Tyler qui m'aiderai à élever les jumeaux.. Plongée dans mes pensées teintées de déception, ses mains sur ma taille me firent presque sursauter, néanmoins je le laissais faire sans rechigner. Même ma déception ne valait rien face à son étreinte et son parfum sur ma peau. Non.. Ca ne me dérange pas, tu peux rester comme ça tant que tu le veux. Dis-je en terminant ma vaisselle avant de la laisser sécher sur l'égouttoir et d'essuyer mes mains mouillée. Posant l'essuis main, je finis par me retourner, sans faire bouger Tyler. Glissant mes bras dans son cou, je caressais sa nuque du bout des doigts. Prostrée dans cette position de longues minutes durant, je finis par le relâcher et caresser son visage. Je n'ai jamais supporté te voir souffrir.. Tu ne le mériteras et tu ne le mériteras jamais.. J'ai l'intime conviction que j'aurais du rester avec toi plutôt que de prendre un chemin différent. J'aurais du rester avec toi.. Caressant sa barbe, je jetais un coup d'oeil aux jumeaux. Je les monte dans leur lit et  je m'occupe de toi. Interdiction de prendre le volant ce soir, tu restes avec moi. Dis-je avant de déposer un baiser sur sa joue et d'attraper les enfants pour les déposer un à un dans leur petit lit. Redescendant peu après avoir mis en route leur berceuse, je fermais la porte derrière moi en rejoignant Tyler allongé dans le sofa. Relevant son dos, je pris place à sa tête et caressais doucement son visage. Sincèrement.. Est-ce que le fait que je sois maman te dérange .. ? Je caressais doucement ses cheveux.



 


Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 22:25





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

Il y a certaine question que je saute. Je le sais. Je n’ai pas la foi à y répondre maintenant. Est-ce que je voulais des enfants ? Est-ce que je voulais me marier ? Ces questions je me les étais déjà posées, mais c’était bien avant que je devienne l’homme que j’étais aujourd’hui. Je n’étais pas parfait ! Loin de là ! J’avais chuté après la mort de ma mère et je n’en étais vraiment pas fier. Un sombre secret… Nous avions tous nos secrets et je préférais garder celui-là pour moi… oui bien enfouie dans un coffre fermé à double tour et la clé se trouvant dans la gueule effrayante d’un dragon ! Ouais… ça n’existe pas, et c’est bien là mon problème car sans ce dragon je sais qu’un jour ou l’autre mon secret surgirait de nulle part.

Je ne bouge pas. Elle vient de me dire que ça ne la dérangeait pas et j’en suis ravie. Je profite de sa présence, de sa chaleur. C’est un peu égoiste de ma part. Elle a sûrement d’autre chat à fouetter ! Mais je suis bien là. L’enlaçant comme si aucune année, aucun mois et aucun kilomètre ne nous avait séparé. Mais ce n’était pas le cas. Nous avions changé. Nous devions nous adapter aux changements opérés en nous. Cela serait-il possible ? Alors que je pensais, que je me questionnais, je sentis le corps de Théa bouger contre le miens. Elle venait de finir la vaisselle et se retournait pour me faire face. Je ne bougeais pas, pas même quand elle mit ses bras sur mes épaules pour m’enlacer à mon tour. Mon cœur était lourd, j’étais partagé entre le bonheur et la tristesse. J’avais vécu certaine chose… la vie n’est pas facile. Mais Théa aussi… et elle n’avait pas besoin de me le dire pour que je devine que les blessures étaient encore plus douloureuses que les miennes.

« Je n'ai jamais supporté te voir souffrir. Tu ne le mériteras et tu ne le mériteras jamais. J’ai l'intime conviction que j'aurais dû rester avec toi plutôt que de prendre un chemin différent. J’aurais dû rester avec toi. Je les monte dans leur lit et  je m'occupe de toi. Interdiction de prendre le volant ce soir, tu restes avec moi. »


Sa main sur sa joue m’avait calmé durant les quelques mots qu’elle venait de me dire. Puis son baiser eut raison de moi. Non, je n’allais pas me prendre la tête à vouloir rentrer chez moi. J’allais profiter de cette soirée jusqu’au bout. Même si je me devrais de me lever tôt… très tôt, pour aller au boulot demain, c’était un prix à payer. Et je l’acceptais avec joie si ça voulait dire plus de temps en compagnie de Théa.

Alors qu’elle s’occupait de ses enfants, j’allais dans le salon et m’allongeais sur le canapé. On aurait dit un gosse. Pourtant c’était bien la première fois que je me reposais réellement depuis plus de deux ans. Et je devais avoué que cela faisait du bien. Mes nerfs tombaient peu à peu. Je n’aurais jamais imaginé que j’avais été autant sous pression. Pourtant c’était le cas, je courrais constamment, essayant de me surpasser jour après jour. Voilà ce que ça faisait d’être un Hauptman.

Après quelques minutes j’entendis les bas de Théa se diriger vers moi. Elle devait probablement avoir fini avec les enfants. J’ouvris difficilement les yeux. Je n’eus pas à regarder trois fois dans son regard pour comprendre que quelque chose la perturber. Alors je la laissais mettre ma tête sur ses genoux et je l’écoutais me dire ce qui la tracassait dans le fond… ses enfants… moi..

« sincèrement.. est-ce que le fait que je sois maman te dérange .. ? » Me questionna-t-elle alors que sa main caressait mes cheveux que je trouvais un peu trop long mais dont je n’avais pas le temps de m’occuper… car pas de trou dans mon emploi du temps pour aller chez le coiffeur…. Enfin j’avais eu un trou aujourd’hui, mais mes cheveux passaient après Théa, naturellement !


-Théa.. ., soupirais-je, … ça ne me dérange pas que tu sois mère. Je t’assure ! Quand je disais que j’étais seul dans mon appartement c’est pas que je ne veux pas d’enfant… enfin, je ne suis pas prêt d’en avoir et je serais probablement un père pitoyable qui ressemble au mien… c’est juste que je vis seul. Je suis un célibataire acharné du travail. Je passe plus de temps dans mon bureau que chez moi alors ça voulait dire que j’ai pas besoin d’un grand espace. … euHH… tu comprends ce que je tente de dire, ou pas ? lui demandais-je me rendant compte que je m’embrouillais moi-même avec mes explications.

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 23:13

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Allongé dans ce sofa, je le regardais s'assouplir peu à peu. Il était plus que jamais overbooké, et cela se sentait et se lisait tant au niveau de ses muscles tendus que des traits fatigués de son visage. S'il m'avait chouchouté en m'offrant un repas digne de grands chefs, je comptais bien le faire à mon tour aussi. Il avait besoin de repos et je le connaissais assez pour savoir qu'une fois chez lui il se remettrait au boulot jusqu'au bout de la nuit. Cette fois, je le faisais décrocher, je lui offrais un peu de repos. Désolée de le réveiller alors qu'il était si paisible, je m'étais tout de même glissée sous son visage, caressant ses traits fatigués  du bout des doigts et jouant avec le col de sa chemise. Satisfaite de sa réponse, j'estimais qu'il était temps de le laisser tranquille avec mes questions personnelles sur notre histoire. Arrête, Tyler.. Avoir un père pitoyable ne fera pas de toi un père comme lui. Ce n'est pas marqué dans tes gênes, ce n'est pas héréditaire. Il a fait des erreur et tu en as pâti, libre à toi de choisir de quoi sera fait ton avenir. Je te connais, tu n'es pas un homme solitaire, tu détestes la solitude.. Tu ne pourrais pas vivre sans une femme. Peut-être sans famille, mais pas sans une femme. Tu sais qu'on est pareils, on a tous les deux besoins d'une présence et d'un soutient. Tu as la possibilité de ne pas répliquer les erreurs de ton père, pour cela il te suffit de mettre une limite à ta vie professionnelle et de laisser une femme entrer dans ta vie. Réfléchis y. Imagine ce que tu perds en bossant de cette façon. Tu auras une retraite tranquille avec tout l'argent gagné, mais à quel prix ? Mourir seul et riche n'est pas un avenir.. Mourir entouré des gens qu'on aime sans être riche, c'est ce que j'appelle une mort paisible.. Murmurais-je en le regardant, esquissant un léger sourire. Penses y.. Quand tu auras un bambin qui t'appellera papa avec une bouille d'amour, tu me remercieras et si je ne suis pas marraine je te boude... Dis-je en riant légèrement. De toute façon tu as 26 ans, tu as du temps devant toi et ta future copine devra passer un interrogatoire avec moi avant de passer sa vie avec toi. Repose toi pour le moment. Dors un peu. Esquissant un nouveau sourire, je déposa un long baiser sur son front. T'as une gueule d'ange. Tu ne resteras jamais célibataire à vie.. Moi je te le dis. Si j'ai craqué - et que j'étais tellement jalouse des autres filles qui te mataient sur le terrain de sport - c'est une EVIDENCE qu'il y'aura une femme dans ta vie. Et moi je serai encore jalouse à mourir ...



 

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Lun 7 Juil 2014 - 23:43





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

Mon père n’avait pas été présent. Pourtant je ne pouvais lui en vouloir, je savais qu’il avait fait tout son possible pour être le plus présent. Ça n’avait pas été suffisant pour le fils unique que j’étais. Aujourd’hui je reprenais peu à peu les rennes de son empire, comment ne pouvais-je pas lui ressembler ? Ma mère était morte seule… dans mes bras. Je ne voulais pas que ça arrive pour la femme que j’aimerais, que j’épouserais et à laquelle je ferais probablement un enfant. Non… je voulais être sûr d’être présent si mon fils ou ma fille tombe malade. Je voulais être sûr de pouvoir me libérer pour la border, lui conter une histoire. Mais pour cela, il fallait que je sois tout le contraire de mon père… ce qui n’était pas le cas actuellement. J’avais pu me libérer ce soir, parce qu’un client m’avait fait faux bond. Je ne devais pas me voiler la face, je savais qu’à l’heure actuelle je serais probablement encore au bureau avec une tasse de café… sûrement la vingtième de la journée… à commencer à mettre en forme le dossier.

« Tu ne pourrais pas vivre sans une femme. Peut-être sans famille, mais pas sans une femme. Tu sais qu'on est pareils [. . .] penses y... quand tu auras un bambin qui t'appellera papa avec une bouille d'amour, tu me remercieras et si je ne suis pas marraine je te boude... »

Je suis tout à fait réveillé. Je l’écoute avec attention. Je pourrais me relever pour lui montrer que je prends très au sérieux ce qu’elle est en train de me dire, mais ses mains sur moi m’apaisent et cela m’empêche de bouger. J’ai l’impression que toute tension s’envole au fur et à mesure. Mais une autre tension autre que celle du travail en surcharge vient envahir mon corps. La tension de l’angoisse, de la colère… pourquoi suis-je autant en colère ? Peut-être que certain propos de Théa ne me plaisent pas. J’essaye de ne pas lui montrer. Nous venions de nous retrouver et je ne pouvais décemment pas lui dire ce que je ressentais actuellement face à ce qu’elle me disait.

C’est vrai quoi ? COMMENT ?! Non mais comment pouvait-elle me parler d’une petite copine, d’une femme éventuelle et me demander qu’elle soit la marraine de mes enfants ? Elle n’avait donc rien compris ? Cela n’était-il pas assez évident ? Fallait-il que je rampe à ses pieds pour qu’elle me remarque de nouveau ? J’étais passé au second plan, il était clair que contrairement à moi, elle avait déjà tiré un trait sur notre ancienne relation « Rattrape-la »… ouais c’est bien gentil maman, mais si la femme en question ne veut pas que je la rattrape, qu’est-ce que je fais ?

« C’est une évidence qu'il y'aura une femme dans ta vie. Et moi je serai encore jalouse à mourir ... »

Mon cerveau se met en stand-by. Un long « bip » vient s’afficher sur le monitoring… enfin ça c’est mon imagination de l’instant présent parce que je suis encore en vie. Je suis toujours allongé sur le sofa, ma tête sur les genoux de Théa et dans ma tête une phrase se répète sans fin « Et moi je serai encore jalouse à mourir ... » encore et encore… ça n’en finit pas. Je suis là sans bouger, sans parler. Je la regarde de mes yeux écarquillés et mon cœur courre dans ma cage thoracique.

-Toi et moi on est en effet pareil Théa. Tu es celle qui me comprend le mieux. Tu es celle qui arrive à lire en moi comme dans un livre ouvert… hier comme aujourd’hui et je sais que demain ce sera toujours le cas. Tu es celle qui arrive à me faire changer d’avis, même si je ne le veux pas et que ça va me rendre grognon. Tu es celle qui arrive à me faire me reposer alors que je devrais bosser comme un dingue. Finalement après ma mère, tu es la femme qui a réussi à me supporter le plus longtemps alors comment pourrais-je croire qu’une autre femme que toi pourrait m’accepter comme je suis ? lui demandais-je en la regardant droit ses yeux chocolat envoutant.

Ma main vint se poser sur sa joue. Mon pouce caressa sa peau laiteuse. Je lui souris doucement. J’aurais pu m’avancer pour l’embrasser… mais nous venions de nous retrouver et je ne pouvais me permettre de lui imposer mon rythme de vie. Elle avait les jumeaux, et je savais que je ne pouvais m’immiscer dans sa vie comme si rien ne s’était passé, que rien n’avait changé… car ceci serait un pur mensonge.  
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Mar 8 Juil 2014 - 0:21

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Idiote. Menteuse. Traitre.. Tous les diminutifs étaient bons pour qualifier ma bêtise. C'était pourtant simple et évident. Je crevais d'envie de lui hurler d'oublier et de ne pas se lancer à la recherche d'une femme puisque je me dévouais à l'aimer à nouveau et à l'apaiser chaque jour à son retour du travail, peu importe ce que cela me couterait, j'étais prête à affronter ses heures impossibles et l'attendre rentrer jusque quatre heures du matin s'il le fallait, j'étais prête à lui faire son déjeuner et son litre de café pour tenir le coup. Je serai aussi prête à passer chaque nuit à côté de son lit d'hôpital ou il serait traité pour un burn-out communément appelé épuisement professionnel et plus que jamais, je serai présente dans chaque moment de sa vie pour le soutenir encore et toujours. Tout cela parce que je l'aimais. Je l'aimais à en mourir et j'étais prête à tout pour lui. Seule ombre au tableau, ma maternité. S'il acceptait ma maternité et mes enfants, ces derniers restaient des bébés qui pouvaient pleurer la nuit et par conséquent le priver d'un sommeil récupérateur. Epuiser un homme déjà épuisé, mauvaise idée.. Et pourtant je rêvais de partager à nouveau sa vie, chacun de ses réveils, chacune de ses douches, et toute autre activité qu'il accepterait de partager à mes côtés. Quand je dis que je suis prête à tout, c'est la vérité. Quand on aime, on ne compte pas...
En fin ce compte, je ne voulais pas qu'il s'intéresse à une femme. Nous étions proches, tellement proches qu'une nouvelle femme me ferait sortir de sa vie sans aucune gêne et nous séparerait de nouveau. Une femme dans sa vie, je ne le supporterai pas.. La jalousie me rongerait et me rendrait malade comme j'avais pu me rendre malade autrefois.. Je me souvenais encore de notre dernière dispute, alors que nous étions à une fête entre amis sur la plage. Il ne m'avait fallu qu'une seconde pour repérer cette blonde, superficielle, tout mon contraire de moi, approchant dangereusement Tyler avec sa cigarette puante. Le sang battant dans mon corps ne fit qu'un tour et ma tension frôlant le plafond m'avait propulsée vers la demoiselle que j'avais - violemment - repoussée moi même avant de rentrer à l'appartement en pleurant, suivie par Tyler que j'avais boudé la nuit entière, enfermée dans la chambre à coucher. Jalouse, je l'étais, et je l'étais encore à l'heure actuelle..
Baissant les yeux sur Tyler, je le regardais en souriant me répondre d'un ton philosophe, similaire au mien. Tu es une énorme partie de ma vie et je te connais par coeur pour avoir espéré pouvoir te parler avant que tu ne fasses le premier pas, pour avoir vécu près d'un an soit chez toi, soit chez moi. Je connais tes habitudes et tes gouts. Ce qui te plait et t'énerves. On est toujours fusionnels malgré le temps passé et on le sera toujours. J'aime te prouver que tu as tord et je continuerai à t'ennuyer dans notre maison de repos pour papy Alzheimer à tel point que tu ronchonneras comme un papy sans dents. Je t'ennuierai toujours, fais moi confiance. On fait un pacte. Si personne ne veut de toi, alors on restera ensemble à vieillir avec nos cinquante chats et on critiquera les jeunes adolescents qui se rouleront des pelles sans savoir ce qu'est le véritable amour. Et comme ça, je garderai éternellement mon gros vilain ours grincheux pour moi toute seule en grosse égoiste que je suis. On est d'accord ? Demandais-je en souriant largement.




 

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Mar 8 Juil 2014 - 0:49





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

J’abaisse ma main. Je lui montre mon petit doigt alors qu’un sourire franc et sincère apparaissait sur mon visage. Puis je lâche ces quatre mots qu’elle attend avec impatience, je le sais.

-Je te le promets.

Oui, je lui promettais tout cela. Je lui promettais de vieillir à ses côtés jusqu’à ce que la mort nous sépare. Je lui promettais de l’aimer jusqu’à ce que la vie s’estompe de mon corps. Je lui promettais d’être son vieux papi grincheux jusqu’à la fin. Je lui promettais de prendre soin d’elle, même si elle ne se souvenait pas de moi. Et je lui promettais encore plein de choses. Mais ces quatre mots résumaient tellement, mais ça me suffisait pour l’instant. Ça me suffisait qu’elle sache que je serais toujours à ses côtés quoi qu’il arrive. Je savais déjà ce qui arriverait, mais je n’allais pas lui dire… pas maintenant. Je n’étais certainement pas prêt à lui dire que la femme que je voulais à mes côtés se trouvait être elle. Trop tôt…

Une fois qu’elle scelle son petit doigt, je sais que je tiendrais à jamais cette promesse. Mais je n’avais pas besoin de cette dernière pour savoir qu’elle serait la seule femme que j’aimerais jusqu’à ma mort. Je le savais déjà quand nous nous étions séparés des années plus tôt. La douleur avait été tel que j’étais resté allongé sur mon lit pendant plus d’une semaine sans faire plus attention au monde extérieur. Pourrais-je survivre à une telle douleur une nouvelle fois ? Je ne sais pas. Mais je savais que si je laissais un autre homme approcher Théa, je ne le supporterais pas. Théa pouvait être jalouse et je trouvais cela mignon, mais je ne pouvais pas en dire autant de moi si je me mettais à me battre avec un autre homme pour cette femme magnifique.

Notre promesse scellée, je me relevais et m’étirais comme si je venais de dormir pendant trois ans ! J’avais pris l’habitude de faire des mini pauses comme celle-ci. Mais je devais avoué que c’était la plus réussie de toutes mes pauses, et surtout ma préférée.

-Allez, il est temps que je soulage cette épaule tu ne crois pas ? Je t’apprécie beaucoup Théa et s’il te plait ne t’inquiète pas. J’accepte le fait que tu sois mère et ça ne me fait pas peur, ok ? Je veux que ce soit bien clair… soufflais-je en attrapant l’une de ses mèches.

J’étais assis et ainsi à sa hauteur. Je louchais sur ses lèvres mais me repris rapidement. Ça allait être dur de dormir ici sans penser à elle, dormant à quelques mètres de moi. « Courage Hauptman tu peux le faire ! Il faut que tu prennes ton temps ! » m’encourageais-je mentalement.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Mar 8 Juil 2014 - 1:23

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Voyant sa main se dresser et son petit doigt tendu vers moi tandis qu'il me souriait toujours aussi beau qu'autrefois, je ne pus m'empêcher de  lui adresser mon plus beau sourire, retroussant mon nez comme autrefois avant de lui attraper le petit doigt à l'aide du mien en lâchant un large Promesse de Mamy à son Papy. Dis-je en souriant avant de le serrer sans doute un peu fort, le faisant étouffer au passage.  Le pauvre avait sans doute prit l'habitude avec toutes les fois où je l'avais enlacé dans notre vie commune. Habituée à grimper sur lui pour le masser, l'écraser pour dormir à ses côtés dans un minuscule sofa ou encore m'asseoir sur ses genoux pour déjeuner à ses côtés, ses poumons étaient habitués à avoir peu de place par ma faute et en tant que grand sportif, il était plutôt résistant. Déposant un énième baiser sur sa joue tant qu'il s'étendait, je partis nous servir deux cafés avant de le rejoindre dans le sofa, les sens éveillés par sa proposition de massage qui n'était pas passée dans l'oreille d'un sourd. M'étendant à mon tour, je me redressa dans le sofa et m'assis en tailleurs dans le sofa qui était encore imprégné de son parfum qui m'enivrait. Tu m'acceptes en tant que maman et je t'accepte en temps que papy grincheux. Nous sommes quittes. Allez, soulage ma pauvre épaule. Mais ne panique pas si je suis encore un peu mauve et douloureuse, je marque rapidement et quand je me blesse, je garde des bleus pendant plusieurs semaines. Le médecin dit que c'est à cause de ma perte de poids. Dis-je en souriant avant de lui tourner le dos, croisant de croiser les bras devant moi pour attraper les bords de mon top à bretelles. Otant le vêtement, apparaissant en soutien-gorge, j'attacha mes cheveux en un chignon plus haut afin qu'ils ne l'entravent pas dans son massage. Baissant la bretelle gauche de mon soutien-gorge, je lui jetais un regard en arrière, il semblait surpris. Ah. J'ai oublié de te prévenir que j'avais un tatouage. J'en ai d'autres. Joli non ? Dis-je en souriant avant de fermer les yeux à sa main sur ma peau. Sa peau était chaude et douce et sa poigne assez ferme. Je souffrais à cause de la tension dans mon épaule, mais cela était nécéssaire pour aller mieux. Si j'avais écouté le médecin et que j'avais laissé mon bras en écharpe, je serai surement moins douloureuse, mais bornée j'avais abandonné l'écharpe pour m'occuper de mes enfants et en particulier de Naël que je craignais avoir blessé. Tu es soudainement bien silencieux. Dis-je en souriant les yeux toujours clos. Tactile depuis toujours, j'appréciais ces moments privilégiés de détente. Les massages avaient le don de me détendre et de m'apaiser.. Petite déjà, ma mère passait des heures entières à caresser mes cheveux pour m'endormir après un cauchemar avant de quitter la chambre pour rejoindre à son tour les bras de Morphée. Vingt années plus tard, je restais toujours la même bien que le sommeil restait compliqué et que désormais plus personne n'était là pour m'endormir le soir. Ouch.. Murmurais-je, douloureuse. Je devrais quand même aller voir le médecin. Je force trop sur mon bras, je me fais botter les fesses par tous mes amis.. Et je sens que tu seras un de plus.



 

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Mar 8 Juil 2014 - 1:51





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡


Elle m’avait prévenu. J’aurai dû être préparé. Mais rien ne prépare à ça. On n’est jamais préparé à voir les dégâts que peut subir le corps de la personne qu’on aime. Tendu, les sourcils froncés je restais silencieux. Mais était-ce seulement à cause de la coloration de l’épaule de Théa ? Voilà une bonne question ! « On sait tous les deux que non ! » me chuchote ma conscience. Je suis un homme bien. Je suis un homme respectable et qui traite à la perfection les femmes… surtout cette femme ! Alors je n’allais certainement pas me comporter comme un mec bourré d’hormone et d’envie de sexe… ce n’était certainement pas le moment ! « Ne craque pas ! Ne craque pas ! Allez Hauptman tu peux le faire » m’encourageait ma conscience alors que je massais l’épaule douloureuse de Théa.


« Tu es soudainement bien silencieux » laisse entendre la voix de Théa.

Je laisse échapper de peu un rire nerveux. Si elle voyait ma tête, elle comprendrait rapidement que mes pensées sont loin d’être ciblées sur son tatouage fort charmant. Non… j’essaye de ne pas regarder ses courbes qui m’ont tant manquées. Pourtant elles ne sont pas totalement identiques à ce que je pouvais me souvenir… des courbes de femmes. Les courbes de l’adolescentes qu’elle était, étaient devenues plus fluides, plus gracieuses. Mais elle était bien trop mince à mon gout… oui bien trop…

« Je devrais quand même aller voir le médecin. je force trop sur mon bras, je me fais botter les fesses par tous mes amis.. et je sens que tu seras un de plus. »

Je ne dis rien pendant un long moment. J’hésite entre l’embrasser ou lui dire franchement ce que je pense de son état de santé. Alors je me calme… dans les deux sens du terme tout en continuant de la masser. Je sens son muscle tendu sous mes doigts d’homme. Je sais que ça lui fait mal, mais il lui faut au moins un quart de massage pour que ça fasse réellement effet.

-Je ne vais pas te dire ce que tu dois faire Théa… mais tu as deux enfants maintenant. Tu es apparemment seule, alors s’il te plait prend soin de toi. Si ce n’est pas pour toi, fais le pour eux… ils ont besoin d’avoir une maman au top.

« Tricheur. Traite » grogne ma conscience. Mais que pouvais-je y faire ? En travaillant dans les affaires, j’avais appris à appuyer là où ça faisait mal. Je soupire. J’embrasse l’épaule de Théa.

-Désolé, soupirais-je, je… je n’avais pas à te dire ça. Tu… tu es assez grande pour que je m’inquiète pour toi, non ? Mais prends soin de toi tout de même, au moins pour moi ?

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Mar 8 Juil 2014 - 2:31

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

J'avais la vague impression de parler dans le vide, mais venant de Tyler je ne le prenais absolument pas mal. Je le connaissais assez bien pour savoir qu'avec la fatigue, il pouvait avoir quelques absences, de même que je le savais concentré lorsqu'il effectuait un massage, en particuliers pour moi. Toujours à la recherche de mon bien être, il évitait toute douleurs bien qu'ici, la douleurs soit nécéssaire à la guérison de mon inflammation. La tête sur le côté, je soupirais de plaisir tandis que la douleur disparaissait doucement sous le massage qui ressemblait plus à un effleurage qu'à un véritable massage. Interpellant le jeune homme, son rire nerveux me fit sourire. Tournant légèrement le visage vers lui, je lui fis un clin d'oeil. Etait il entrain de regarder mon corps ou seulement mes tatouages. Etait il concentré ou restait il prostré devant cette image de corps amaigri ?! Toutes ces questions se bousculaient dans ma tête sans trouver de réelles réponses. Son silence m'intimidait. Je préférais de loin sa voix apaisante. Je ne suis pas apparemment seule, je SUIS seule. Et je me soigne, je t'assure. Il me faut juste du temps. Dans quelques semaines j'aurais un poids normal, je pourrais ressortir les bikinis et retrouver le corps sexy de mes dix huits ans. Dis-je en souriant avant de frissonner, surprise par son baiser qui pouvait parraitre ambigu et qui ne me dérangeait pas le moins du monde. Remettant ma bretelle et mon haut, je m'appuyais sur lui en attrapant ses mains. T'en fais pas, tu as raison. C'est mignon que tu t'en fasses autant pour moi, mais je te promets que je vais m'en sortir d'accord ? Je le ferai pour mes enfants et pour toi. Je t'en fais la promesse sur l'honneur. Dis-je avant de me retourner finalement pour me caler entre ses bras et glisser mes bras dans son dos. Tu as le choix. Ou bien tu dors dans le sofa et tu te fais écraser parce que je viendrai te rejoindre, ou bien tu montes avec moi ce qui permettra à tes poumons de rester intacts. Dis-je en riant. En fait, je te laisse pas le choix. Tu montes avec moi ou je te boude. Si tu veux tu peux aller prendre une douche pour te raffraichir ou la prendre demain, selon tes envies. Dis-je en me levant pour éteindre la télé. L'horloge affichait presque 1 heure du matin. Il était largement temps de se coucher. Laissant le jeune homme grimper les marches, je le laissa prendre ses aises avant de monter à mon tour, après avoir rangé les quelques affaires qui trainaient. Tyler couché de son coté habituel du lit, je lui souris, éteignant la lumière pour me faufiler grâcieusement sous les draps guidée par la seule lumière de la lune. Allez.. Il est temps que tu dormes sérieusement. J'ai passé une soirée parfaite.. Tu as bien fais de venir, ça me fait beaucoup de bien de pouvoir te dire la vérité. Dis-je en souriant. Bonne nuit Tyler. Et ne te sauves pas avant d'avoir déjeuné avec moi.. Ajoutais-je en déposant un long baiser sur sa joue pour me rabattre de mon coté du lit et m'endormir, non sans rêver que durant la nuit, ses bras se refermaient sur moi pour me serrer contre lui comme pour ne jamais me perdre.



 

Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Mar 8 Juil 2014 - 14:18





THEYLER


You don’t forget your first love and your first kiss ♡

« Je ne suis pas apparemment seule, je suis seule. »

C’était maintenant une certitude. Théa était célibataire. Je devrais me lancer non ? Non. Pas avant qu’elle sache réellement qui je suis. Car je n’étais plus l’étudiant qui pouvait être là à chaque heure de la journée. Je ne pouvais pas me permettre de sécher un cours ou deux, car aujourd’hui c’était plutôt des réunions pouvant rapporter des milliers de dollars. Et une part de moi, même si l’autre disait le contraire, se doutait que Théa finirait pas en avoir marre. Qui voudrait d’un homme toujours absent ? Même ma mère ne pouvait plus le supporter. Elle l’avait fait parce que j’étais là. Voilà pourquoi je ne voulais pas d’enfant… je ne voulais pas qu’ils soient l’excuse pour laquelle deux personnes restent ensemble… même si ça ne va plus du tout.

« Je le ferai pour mes enfants et pour toi. Je t'en fais la promesse sur l'honneur. »  Me promit-elle en venant se blottir dans mes bras.

Je souriais. J’étais heureux. J’étais bien. Je n’avais besoin de rien de plus.

-Merci, soufflais-je en embrassant sa tempe et inspirant par la même occasion l’odeur de ses cheveux.
« En fait, je te laisse pas le choix. Tu montes avec moi ou je te boude. Si tu veux tu peux aller prendre une douche pour te rafraichir ou la prendre demain, selon tes envies. »

J’esquissais un vrai sourire. Hésitant presque à rire devant ses menaces. C’était de gentilles menaces. Des menaces qui j’accepterais avec les bras grands ouverts.

-D’accord, je monte. Mais seulement parce que je n’aime pas te voir bouder, lui dis-je en lui faisant un clin d’œil.

Riant doucement, je pensais au fait que j’aurai peut-être besoin d’une douche bien froide. La peau dénudée de Théa ne m’avait pas laissé indifférent. Et puis j’étais un homme qui n’avait pas vu une femme de près depuis … depuis très longtemps. Et oui, métro boulot dodo. Ça n’aide pas à faire des rencontres. Et puis je ne voulais pas en faire. Pour autant j’étais capable de me tenir. Je prendrais ma douche demain pour bien me réveiller et être en forme pour le travail. Alors je me dirigeais automatiquement vers la chambre de Théa. Pantalon, chemise allèrent sur une chaise, plié correctement. Pour la première fois j’allais aller au boulot avec les mêmes vêtements que la vieille… ça allé jaser.

« Allez... il est temps que tu dormes sérieusement. j'ai passé une soirée parfaite.. tu as bien fais de venir, ça me fait beaucoup de bien de pouvoir te dire la vérité….  bonne nuit Tyler. et ne te sauves pas avant d'avoir déjeuné avec moi. »

Je la vois arriver. Elle éteint la lumière puis se blottit dans le lit. Elle me dit rapidement ces quelques mots, m’embrasse puis se retourne pour se mettre dans son côté du lit. Peu après j’entends sa respiration se calmer. Je me mets sur le côté. Je peux voir son dos. De mon index j’attrape l’une de ses mèches comme si c’était la chose la plus fragile au monde. C’est surement à ce moment-là que je me suis endormie… à moins que ce soit véritablement au moment où mon corps s’était rapproché du sien… comme aimanté et que j’avais entouré sa taille de mon bras droit. J’étais vraiment fatigué. Et ce n’était qu’en présence de cette femme absolument magnifique et absolument très têtue que je m’en rendis compte.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    Mar 8 Juil 2014 - 15:21

you don't forget your first love
and your first kiss ♡

Cette sensation de bonheur, je ne l'avais plus ressentie depuis des lustres. Aucun des garçon que j'avais rencontré après Tyler n'était parvenu à me faire sentir pareilles sensations. J'étais comme sous son emprise. C'était comme si je ne réagissais qu'à lui, que je l'avais dans la peau et le sang. Ce genre de sensation inexplicable et sur laquelle les scientifiques cherchent une réponse depuis bien longtemps entre adrénaline, hormones ect.. Le mystère des sentiments amoureux. Pour ma part, j'avais ma propre hypothèse. Croyant au coup de foudre pour l'avoir vécu par chance avant de le perdre, je n'avais jamais vécu les mêmes sentiments ensuite. Sur 7,046 milliards, je reste persuadée qu'on a chacun l'homme ou la femme de notre vie sur cette terre. Certain sont trop éloignés pour le remarquer et ne se rencontreront peut-être jamais, d'autres sont plus proches qu'ils ne le pensent mais restent aveuglés par le reste et une infime partie d'entre eux se rencontrent et se lance dans l'histoire de leur vie. Je nous considérais de ce troisième groupe, Tyler et moi. Coup de foudre, histoire incroyable et pourtant la vie avait décidé de nous séparer. Malgré tout, je restais intimement persuadée qu'entre nous, rien n'était terminé.. Non.. Il ne s'agit que du commencement..
Le soleil réchauffant ma peau, j'ouvris un à un les yeux avant de remarquer le rapprochement de Tyler, complètement endormi, le visage dans mon cou et son bras me serrant contre lui. D'un coup d'oeil, je remarquais avec plaisir que le réveil affichait dix heures et demi. Pas un bruit dans la maison, les marmottes avaient passé leur toute première nuit mais en tendant l'oreille, je me rendis compte qu'ils étaient réveillés mais ne bougeaient pas d'un poil. Mon plan avait fonctionné.. Réveillée durant la nuit pour donner un biberon aux jumeaux sans même avoir réveillé Tyler, j'avais coupé le réveil installé sur son portable afin qu'il dorme à son aise et efface les vilaines cernes de son visage. M'extirpant doucement de son emprise, il grogna doucement dans son sommeil et se recoucha, dos nu. Descendant préparer le déjeuner après avoir été voir les jumeaux qui s'étaient rendormis, je prépara Pancakes, viennoiserie, café, jus d'orange, bacon et oeufs, un vrai déjeuné de roi ou de warrior dans le cas de Tyler qui luttait contre la fatigue. Attrapant le téléphone, je recherchais le numéro des entreprises Hauptman. Eclaircissant ma voix, j'attendis qu'on décroche. Bonjour, je suis bien à l'accueil des entreprises Hauptmann ? Je suis mademoiselle Hauptman, la soeur de Monsieur Hauptman. Je vous appelle pour vous prévenir que Tyler a une grosse migraine car il a travaillé toute la nuit. Il reprendra le boulot cette après midi si tout va bien, au pire demain.  La jeune femme semblait gober ce mensonge à la perfection. Et souhaitait un bon rétablissement à Tyler. Montant le plateau déjeuné, je le posa sur la table de nuit avant de grimper sur ce dernier et de grimper doucement sur le dos de Tyler qui dormait profondément sur le ventre. Caressant son dos , de ses lombaires à ses trapèzes, je souriais à sa façon de s'extirper doucement des rêves. Déposant de longs baisers dans son sou. Eh la belle au bois dormant.. Prends le temps de te réveiller. J'ai fais le déjeuner et attention.. Tu as dormi plus de neuf heures d'affilée.. Merveilleux non ? Dis-je avant qu'il ne se réveille en sursaut, voyant son retard. Tyler. Calme toi. Zen. J'ai appelé l'entreprise pour prévenir que tu irais travailler cette après midi voire demain parce que tu souffrais d'une terrible migraine.. Je me suis présentée comme ta soeur. Et ta secrétaire m'a dit de te rassurer, ton rendez vous de onze heures a été annulé. Le cher mosieur avait un contre temps.




 

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: THEYLER » You don't forget your first love    

Revenir en haut Aller en bas
 

THEYLER » You don't forget your first love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMAZING PEOPLE ♣  ::  :: Corbeille :: Les sujets clos :: 2014-