Partagez | 
 

 Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité



MessageSujet: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 1:53


  • Une plaquette de beurre. Une putain de plaquette de beurre. J’avais été obligé de me lever, de me laver, de m’habiller pour aller acheter une plaquette de beurre. Non mais vous comprenez, la petite mamie, ma voisine, avait besoin de beurre. Et comme je ne mangeais plus, je n’avais rien dans mon frigo. Alors je lui ai gentiment proposé d’aller lui en chercher. Et elle a accepté. Purée. Pourquoi j’ai proposé ? Je ne sais pas. J’ai levé les yeux au ciel en soupirant. Je m’accrochais à la barre du bus. Je faisais peur. Peur à voir. Mes joues étaient creusées. Je nageais dans mes vêtements. Moi-même je me demandais comment je faisais pour tenir debout. Un squelette sur patte. Le bus me faisait bouger. J’avais des écouteurs dans les oreilles. Une plaquette de beurre quoi ! Je soupirais alors et descendis alors à l’arrêt face au centre commercial. J’ai passé mes mains sur mon visage : je n’avais aucune envie de sortir, de voir du monde, et encore moins des couples amoureux qui donnaient la gerbe. De toute façon, je n’avais plus que quelques jours à attendre. J’allais retourner à Moscou dans 3 jours. Mes valises étaient prêtes, et mon billet était acheté.

    J’ai marché à travers les rayons, je suis allée direct au rayon frais. Bon, et je lui prends quoi moi, à la mamie ? Du beurre allégé ? Elle est vachement légère… Non. Je pris du beurre normal, le moins cher avec la vache dessus, et je partie en caisse. Trop de monde. Trop de gens qui se bousculent. J’avais l’impression d’être dans une jungle. Avec des animaux tout autour de moi. La musique toujours dans les oreilles, se fut mon tour de passer. Alors je tendis le billet de 20 euros, pris la monnaie, et partie sans même dire bonjour ou au revoir. Pas envie. Pas d’humeur à parler. J’ai fait le tour de la galerie marchande, et pas de bol, je croisais quelqu’un que je connaissais. Je retirais lentement un de mes écouteurs, sourire hypocrite sur les lèvres. Vous l’aurez deviné. Je suis rentrée seule à Los Angeles. Je n’avais plus eu de nouvelle de Sean. La bague ? Je baissais la tête vers mon annulaire qui était nu. Elle était dans une boite, au fond de mon tiroir de table de chevet. C’était fini. Je devais m’y faire. J’inspirais un grand coup et regardais la fille qui me parlait. « Ecoute, c’est pas que tu me fais chier, mais tu me fais chier ; je dois y aller, salut. » Oui, ma situation sociale était en chute libre. Tant pis. Je remis mon écouteur, la contournait, et je sortie dehors. Je m’assis par terre, à côté de l’arrêt de bus. Et je balançais ma tête au rythme de la musique. Ma plaquette de beurre entre les mains.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 2:54


Sean l'avait écouté parler et il se rappelait encore de ce qu'elle lui avait raconté. Allongé sur son lit il repensait à Mira lui racontant ses souvenirs. Leurs souvenirs ?
Il n'y comprenait rien. Pourquoi avait-elle l'air aussi affligé ? Elle l'aimait réellement ? Et puis c'était quoi l'amour, d'abord ? Il ne voyait pas ce que ça pouvait être d'autre que du désir sexuel...
Mais il n'arrivait pas à oublier cette nuit, son expression, ce qu'il avait vu dans son regard.. De la douleur. Et des larmes. Il voyait bien qu'elle se retenait des le début de pleurer. Est-ce qu'elle jouait aussi bien la comédie ? Mais alors pourquoi être partie ? Elle aurait pu attendre, voir s'il la croyait, s'il se souvenait. Mais elle était partie. Comme si c'etait trop difficile pour elle..
Sean soupira et se leva pour ranger ses affaires. Il venait d'arriver à Los Angeles. D'arriver dans sa villa. Enfin débarrassé de ses parents qui avaient refusé qu'il retourne vivre là où il y aurait Mira. Sa mère n'a cessé de le mettre en garde contre elle jusqu'à ce qu'il referme la portière de sa voiture. Il trouvait qu'elle insistait beaucoup.
Quand il eut fini de tout mettre à sa place il sortit se promener. Il décida d'aller voir un ami, et sur le chemin croisa quelqu'un. Mira. Elle ne le vit pas. Elle avait les yeux dans le vide. Sean fut surprit de la voir, la croiser aussi rapidement alors qu'il venait seulement d'arriver. Los Angeles était-elle devenue une petite ville ? Il haussa un sourcil. Elle était assise parterre avec des écouteurs dans les oreilles et.. une barquette de beurre dans les mains. Il remarqua ensuite ses joues creuses et son teint pale. Pourtant elle avait l'air plus vivante à San Diego. Physiquement. Quelque chose le poussa à aller la voir sans qu'il ne sache ce qu'il allait lui dire mais quelqu'un l'interpella. Une grande brune aux yeux noirs. Ah. Bien sûr, il s'en rappela. C'était Emily, il avait été avec elle quelques nuits. Il eut un petit rire et alla la voir. Elle fut très entreprenante mais il la laissa en plan. Il ne voulait pas d'elle. Sean arriva chez son ami et le soir tombé ils se rendirent dans un club. Là il y en avait beaucoup. Il n'en voulait pas non plus. Et pourquoi donc ? Parce que il repensait sans cesse à Mira. C'est elle qu'il voulait ? Probable. Mais il ne devait pas.
Il en choisit donc une au hasard et se rendit à l'hôtel. Le plus cher. Car elle était vraiment pas mal. Et qu'il aimait le luxe. Alors il lui fit l'amour. Mais au bout de cinq minutes Sean eut un soudain mal de crâne. Affreux. Et à la place de cette.. Inconnue, il vit Mira. Ils étaient ailleurs. Pas à l'hôtel. Non, il reconnut les meubles, l'endroit. C'était chez un des amis à lui. Et ça disparut. Et puis revint plusieurs fois de suite, avec le mal de tête. Sean hurla de douleur en se prenant la tête des deux mains. L'inconnue du soir se redressa et posa une main sur son visage lui demandant ce qu'il lui arrivait.
"Dégage !"
Sean la repoussa brusquement et elle faillit tomber du lit.
Elle voulut insister mais il la bouscula et elle finit par ramasser ses affaires et partit aussi vite qu'elle était arrivée sans demander son reste. Sean se laissa tomber sur le lit et se tordit de douleur. Qu'est ce qui le prenait ? Qu'est ce qu'il se passait ? Les souvenirs. Il venait de se souvenir. Mais seulement cela ? Il ferma les yeux, fort, et tenta de se souvenir d'autre chose encore mais abandonna rapidement quand son mal de crâne empira. Alors il resta allongé, les yeux fermés, les mains agrippés à sa tête, le temps que cela se calme. Au bout d'une dizaine de minutes cela disparut. Mais il resta dans le lit. Une chose était vrai, ils avaient fait l'amour chez son ami, et il y avait de la musique, et Sean avait aimé cela. Il savait que rien ne l'avait forcé à le faire. Il appela alors plusieurs de ses amis. Tous lui disaient la même chose. Mira était une fille bien, même si elle était trop pauvre pour lui,  et elle était.. Son premier amour ? Sean rappela sa mère pour entendre à nouveau sa version, mais tout à coup elle lui parut ridicule. Exagérée. Pourquoi Sean se laisserait-il mener en bateau et menacer ? Pourquoi le menaçait-elle pas maintenant, si elle l'avait fait avant ?
Il rentra chez lui. Ne réussit pas à dormir jusqu'à trois heures du matin et s'endormit enfin après avoir mit de la musique. Il se leva vers onze heures et sortit après avoir prit une douche et mangé. Il se rendit chez Mira. Il avait demandé son adresse à quelqu'un de la presse qu'il connaissait personnellement. Ils'y rendit. C'était pauvre. Il monta et sonna. Elle ouvrit. Il la fixa, sans parler. Et puis il dit enfin :

"Je ne m'en souviens pas, mais je te crois. Hier soir.. J'ai retrouvé une bribe de souvenir. Quelques secondes à peine. Mais maintenant je te crois. Alors est-ce que tu veux toujours m'aider à me souvenir ?"

Il la regarda et lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 3:16


  • Non mais une plaquette de beurre. Je soupirais, montais dans le bus, fis le chemin inverse. Et alors, j’arrivais devant mon immeuble. Je grimpais les marches deux à deux, et sonnais à la porte de ma chère mamie de palier. Je lui souris, retirant mes écouteurs. « Tenez, j’ai fait le plus vite possible ! » Elle me remercia, m’invitant à entrer. Je déclinais alors son invitation poliment, et rentrais chez moi. Je refermais l’appartement à clés derrière moi. Ici, tout avait changé. Il y avait des rideaux opaques fermés en permanence. Une télé sans son. Le lit avait disparu : ne restait qu’un matelas au sol. Problème d’argent suite aux nuits d’hôtel trop chères. Je soupirais. Passais mes mains sur ma figure. Et je balançais les clés dans un pot. J’avançais alors, retirais mon pull, et m’asseyais sur les coussins. Et je restais là, à fixer les images défilées devant mes yeux. Sans bouger. Ma respiration presque inaudible. Trop calme. Je suis restée devant jusqu’à avoir mal au crâne. Et alors je me suis levée, je suis allée dans la cuisine, j’ai pris un doliprane. Puis deux. Puis trois. Et j’ai commencé à voir trouble. J’ai marché jusqu’à mon matelas. Et je me suis écroulée dessus.

    J’ai dormis jusqu’au lendemain matin, huit heures. J’ai alors pris une douche. Toujours dans le noir. J’ai enfilé un jogging, j’ai attaché mes cheveux en chignon, et j’ai enfilé un grand sweat. Son sweat. Je me mis alors à sentir son odeur partout dessus. Cela faisait un mal de chien, mais j’avais besoin de ça pour vivre. Ou du moins survivre. Je regardais alors partout dans mon appartement, voir si je n’avais rien oublié pour le voyage du lendemain. Mais non, tout était là. J’ai soupiré, et je suis partie m’installer devant la télé. Et j’ai regardé encore les images. Jusqu’à ce qu’on sonne. Je levais les yeux au ciel, hésitant à faire comme s’il n’y avait personne. Mais je me suis levée, j’ai soupiré encore. J’ai pris les clés, j’ai ouvert, et j’ai vu monsieur, tout beau, tout frais. Et alors il me raconta qu’il avait eu une bride de souvenirs. J’ai fermé les yeux et baissais la tête en ouvrant en plus grand la porte, l’invitant à rentrer.

    Je ne voyais pas comment je pouvais l’aider plus hein. J’avais fait de mon mieux. Et puis ici, il n’y avait pas grand-chose qui me rattachait à lui. Je refermais la porte derrière lui, à clés, et je repartie m’assoir sur mes coussins, devant la télé. Je l’invitais alors à faire de même, n’osant trop le regarder dans les yeux. « Bon. Explique-moi. » Je n’avais plus envie de pleurer. De toute façon, mon corps n’en était plus capable. Quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, je partirai le lendemain. J’avais bien trop souffert dans cette ville. Et si je voulais crever, je préférais crever à Moscou. Je tournais alors la tête vers lui, le voyant silencieux. « Euh… Un problème ? » Je le fixais. Mes yeux vides. Mon âme vide. Mon corps vide. Je ne ressentais plus aucunes émotions a par la haine envers moi-même. La tristesse. Et je me sentais brisée. Tout simplement brisée. En millions de morceaux. Un puzzle. Qu’on ne pourrait jamais reconstruire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 15:44

Elle le laissa entrer. Et lui proposa de s'asseoir avec elle sur des coussins au sol. Sean observa l'endroit, intrigué et ça lui parut bien vide. Alors ses yeux se poser sur des valises. Elle s'en allait.
Mira lui demanda de lui expliquer.
Sean fronça les sourcils. Elle partait ? Mais comment.. Pourquoi..? Il ne comprenait pas. Comment pouvait-elle partir après tout cela ?
Mira se tourna vers lui, comme il ne lui avait pas répondu et lui demanda s'il y avait un problème.
Sean posa les yeux sur elle, les sourcils toujours froncés.

"Tu pars ?"

Mais, et leur passé ? Allait-elle tout abandonner ?

"Pourquoi ?"

Il avait commencé à s'en rappeler et elle s'en allait ! Qu'est ce qu'il était sensé faire ? Si elle s'en allait il n'y avait plus aucune raison de récupérer ses souvenirs. Il allait simplement continuer sa vie comme avant.
Sean se leva et recula vers la porte.

"Alors ça ne sert à rien. Bon voyage."

Il s'en alla après lui avoir adressé un petit sourire peiné. Que pouvait-il bien faire d'autre ? Ce n'était pas de sa faute s'il avait tout oublié. Pas de sa faute qu'il n'arrivait à son souvenir et qu'il avait cru aux paroles de sa mère. Et lorsqu'enfin il avait comprit que Mira disait vrai il avait tout de suite accouru pour le lui annoncer. Ainsi que le souvenir qui lui était revenu. Mais elle s'en allait. Elle n'en avait que faire. Elle abandonnait, abandonnait le Sean qu'elle avait connu. Elle baissa les bras, et s'apprêtait à faire une croix sur son passé, sur leur passé. Alors quel intérêt a chercher de retrouver ses souvenirs si elle n'en avait que faire a présent ? Et si il les retrouvait, s'il .. "l'aimait" ? Il devrait souffrir de sa perte ? Autant ne pas s'en rappeler. Autant laisser tout comme c'était. Il retourna chez lui. Et retourna à sa vie habituelle. Sa vie comme il la connaissait, sans Mira.
Il avait essayé, mais elle ne semblait pas y voir un quelconque intérêt. Quel drôle de sentiment cet amour, si c'était ça, il n'en avait pas besoin.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 16:02


  • Il vit les bagages. Me demanda si j’allais partir. Et pourquoi je partais. Je soupirais, je n’avais pas la force lui expliquer que rester ici, avec les souvenirs, avec lui, c’était comme si je me brisais un peu plus. J’ai fermé les yeux, j’ai posé mes mains sur ma nuque, je ne l’ai même pas retenu. Il est sorti aussi vite qu’il est arrivé. J’ai soupiré. Je suis restée là. A penser à tout ça. Je devais partir. Pour éviter de me briser encore plus. Pour éviter de mourir un peu plus. Parce que oui, tous ces souvenirs, tous ces moments avec lui … Je n’y arrivais plus. Je n’arrivais plus à vivre avec. Je me suis relevée. Et je suis allée dans ma chambre. Je me suis assise sur le bord du matelas. Et j’ai regardé la fenêtre. La fenêtre couverte de carton. Sans lumière. Et j’ai tourné la tête vers la table de chevet. Je me suis mise à trembler. A repenser à sa demande en mariage. Et à la réponse qu’il n’aura jamais entendu. J’ai levé la main vers le tiroir. Et j’ai ouvert. J’ai plongé la main dedans, et j’ai sorti l’écrin.

    Je l’ai regardé fermer. Je l’ai tourné dans tous les sens. Il ne comprendrait sûrement pas pourquoi je baissais les bras. Mais à quoi bon de toute manière ? J’ai tout essayé. J’ai … J’ai raconté tous mes souvenirs. Tous ce que nous avions passés comme jour, et comme nuit. Tous. Et lui… Il m’a laissé partir. Encore. Et je partirai. Définitivement. J’ai ouvert l’écrin, j’ai caressé la bague du bout des doigts. Et je me suis sentie me briser encore plus. Comme un vase brisé que l’on brisait encore plus en marchant dessus. Quelle métaphore. Je me suis allongée sur le dos. Et j’ai posé l’écrin sur le creux de mon ventre. Et j’ai regardé le plafond. Je n’y arrivais pas. Je n’arrivais plus à me battre. Je l’avais fait pendant tellement de temps. Je n’ai jamais cessé de me battre pour lui. Jamais. J’ai soupiré. Je me suis redressée. J’ai pris l’écrin. Et je suis sortie de l’appartement. J’ai marché dans la nuit. Sous la pluie. En survêtement, pieds nus. Les cheveux tombant, raides, sur mes épaules et mon dos.

    Je ne ressemblais à rien. Si, peut-être à un rat crevé. Et encore. Mon maquillage coulait le long de mes joues. J’ai soupiré. Et je suis arrivée devant chez lui. Je me suis assise sur le trottoir en face, et j’ai fixé la villa. Et je me suis rappelée tous ces moments. La piscine, la course, les rires, les pleurs. Les disputes, les réconciliations, les fois où on a fait l’amour. Les sorties, les balades en voiture. Les fêtes. J’ai baissé la tête, j’ai soupiré. Et je me suis levée. J’ai poussé le portail. Je l’ai refermé. Je me suis avancée. Et j’ai toqué. Pourquoi je faisais ça ? Je ne sais pas vraiment. Mais je l’ai fait. C’était comme ça. Il était sans doute quelques parts comme 2h du matin ; mais qu’importe. Je devais le voir. Une dernière fois. Lui dire pardon, pardon de baisser les bras. Et lui rendre sa bague.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 20:18

Sean était rentré chez lui. Et puis il en avait eu assez de se tourmenter avec des questions sur son passé. Alors il avait décidé de sortir prendre l'air. Se changer les idées. D'abord il se rendit chez un ami, puis chez un autre avec celui-ci et puis dans un bar avec les deux, puis une boite de nuit. Lorsqu'il décida de rentrer vers une heure du matin, il était un peu. Il rentra en voiture et prit une bouteille d'alcool chez lui, la terminant en une vingtaine de minutes. Puis se sentant étouffer il sortit par derrière, sur la plage, se promener. Enfonçant ses pieds nus dans le sable humide, l'écrasant comme si ça lui allégerait la poitrine pour lui permettre de respirer. Il alla dans l'eau, un peu. La ou les vagues montaient, pour tremper ses pieds. Et puis se mit à donner des coups de pieds dans l'eau, comme s'il frappait quelqu'un. Mais au lieu d'être stoppé par le choc, son pied partait, car il n'y avait personne. Sean avait la tête qui tournait, et il se mit à rire. Il tapa dans le sable, puis retourna vers chez lui avant de s'écrouler sur le sable. Il ne marchait même pas droit. Il chancelait, ivre mort. Il se releva, soupira et retourna chez lui. Il arriva devant chez lui et vit Mira mais ne comprit pas tout de suite. Sean arriva à côté d'elle. Elle venait de frapper à la porte ? Il voulait pas lui demander. Il frappa aussi. Puis attendit les yeux à demi clos et le front posé contre la porte tout en fixant ses pieds pleins de sable. Il frappa encore. Et puis finir par dire à Mira :

"Y'a personne j'crois."

Il ne la regardait pas, mais voyant qu'elle ne bougeait pas il releva la tête et la fixa. Puis fronça les sourcils. Pourquoi se sentait-il étouffer en la regardant ?

"Mira, pourquoi tu me poursuis même quand tu n'es pas là ?"

Il se mit à rire sans joie.

"Pourquoi j'ai l'impression que je perds quelque chose d'important ? Qui es-tu ? Qu'est ce que tu m'as fait ?"

Sean lui parlait, se demandant quand est ce que ce spectre disparaitrait. Peut être que l'alcool avait été aussi fort ? Elle lui semblait bien nette. Et floue à la fois.
Il secoua la tête les yeux fermés puis les ouvrit à nouveau et la fixa. Elle était toujours là.

"Qu'est ce que tu m'veux ? Pourquoi tu as l'air aussi réelle ? Sorcière. Pourquoi tu m'étouffe ? Pourquoi ? Pourquoi ?"

Sean éclata de rire. Il se trouvait hilarant. Et la trouvait étrange. En secouant la tête il continua :

"Vas t'en. Tu me fais peur. Je ne veux pas te voir. J'ai peur de me souvenir de toi. Si je me souviens et que tu n'es pas là ? Ça sert à quoi ?"

Il se mit à frapper la porte. Pourquoi personne n'ouvrait ?

"Si je me souviens, je devrais boire. Comme ça je te verrais comme maintenant."

Il rit encore et s'approcha d'elle.

"Alors, je pourrais te toucher, enfin, toucher ton fantôme, hein ? Et je pourrais aussi t'embrasser, et te faire l'amour comme dans mon souvenir ?"

Ce disant il avait avancé une main vers son visage et la posa sur sa joue en ouvrant un peu plus les yeux avant de les plisser en la fixant.

"Si tu sembles aussi réelle je pourrais.. Eh mais tu es vachement réelle pour un fantôme !"

Alors il se pencha, jusqu'à son visage, à quelques millimètres.

"Tu ne disparais pas ? Alors restes."

Il se pencha plus, voulut l'embrasser mais s'écroula sur elle, ivre mort.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 20:38


  • Je n’en revenais pas. J’étais à deux doigts d’éclater de rire. Il avait fini par venir. Mais par de l’autre côté. Et il toquait. Et il m’avait dit qu’il n’y avait personne. J’ai ouvert grand les yeux, un sourire naissant sur mon visage. Je le réprimandais en me pinçant les lèvres : mais il était ivre mort ! J’ai secoué la tête. Mais non. Mais non… Ah putain. Je mis ma main sur ma bouche, pour éviter de rire. Il n’était pas possible. Je ne l’avais jamais vu comme ça. Il était ridicule. Mais tellement attendrissant. J’ai secoué doucement la tête négativement, comme si je n’y croyais pas. Et puis en plus, maintenant, il me prenait pour un songe. Un rêve. J’ai levé les yeux au ciel. Et puis, il me posa des questions. Il se posait des tonnes de questions. Au moins, il avait des impressions. J’ai haussé les épaules. Sans rien dire. Dialoguer avec un homme ivre, très peu pour moi. Même si c’était mon mari. Enfin ex. J’ai baissé la tête vers ma poche, où l’écrin se trouvait. Et puis il me traita de sorcière. Eh bah, il était vachement bien entamé pour raconter des conneries partout. J’ai de nouveau levé les yeux au ciel, et j’ai croisé mes bras sur ma poitrine. Et puis, il s’approchait, me raconter un de ces souvenirs. Une fois où on avait fait l’amour. Pas mal pour un début. J’ai pouffé de rire à mes pensées et j’ai vu sa main se poser sur ma joue. Ok. Là, ça puait carrément. Il n’allait quand même pas me sauter dessus hein ? Non, parce que je l’aime, mais il y a des limites. Mais non. Il approcha sa tête. Toujours en parlant comme si j’étais un fantôme : non mais il est sérieux lui ? J’ai soupiré, je sentais son souffle sur mon visage. Et puis au moment où il me demandé de rester, au moment où, je suppose, il voulut m’embrasser, il s’est carrément écroulé sur moi. Ivre mort. Je l’ai rattrapé de justesse. « Putain » Comme de par hasard, c’était sur moi que ça tombait. J’ai levé les yeux au ciel, soupirant bruyamment tandis qu’il ne répondait plus.

    J’ai alors passé un de ses bras autour de mon cou, tandis que je lui attrapais sa taille. Et j’ai ouvert la porte. Je me suis avancée, comme si c’était ma maison. Après tout, ça l’avait été pendant des mois alors bon. Je l’ai allongé dans le canapé. Et quand j’ai voulu repartir, il y a eu quelque chose qui m’a retenu. Son visage. Ses yeux clos. Et son état. Je ne pouvais pas le laisser là, alors qu’il n’allait pas vraiment bien. J’ai fermé les yeux un instant, j’ai réfléchis. J’ai pris mon portable, et j’ai annulé mon vol. Tant pis, ce serait pour un autre jour. Je l’ai rangé, j’ai posé l’écrin et mon téléphone avec nous deux en fond d’écran sur la petite table. J’ai bien placé ses jambes. J’ai mis un coussin derrière sa tête. Et puis je suis allée dans la salle de bain. J’ai pris un gant. Je l’ai mouillé avec de l’eau froide : oui, j’avais beau être énervé, et triste, je n’allais pas lui balancé un seau d’eau à la gueule. Alors j’ai mouillé le gant, je suis redescendue, et je l’ai posé sur son front. « Voilà mon cœur… Repose-toi » Je savais pertinemment que dans l’état qu’il était, il ne m’entendait plus. D’ailleurs, il ne m’entendrait pas avant le lendemain. Alors j’ai déposé un baiser sur sa joue. Je suis allée chercher une aspirine et un verre d’eau. Et j’ai posé ça sur la table, à côté de lui, pour le lendemain. J’ai soupiré. Je me suis assise dans le fauteuil à côté de lui. Et puis je me suis endormie à mon tour.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 21:41

Sean se réveilla avec un mal de crâne. Il avait trop bu la veille ! Il ne se souvenait même pas comment il était arrivé chez lui. Il était allongé sur le canapé. En se redressant il vit un verre d'eau et de l'aspirine. Il avala le médicament et tout en buvant l'eau pivota la tête et s'étouffa en voyant Mira.
Mira ? Qu'est ce qu'elle faisait là ? Il se frotta les yeux pour s'assurer que ce n'était pas une hallucination. Puis se rendit compte que non et se leva pour approcher. Elle était endormie dans le fauteuil. Il posa les deux mains des deux côtés du fauteuil et se pencha. Il l'observa sous tous les angles en fronçant les sourcils quand elle ouvrit les yeux.

"Salut..?"

N'était-elle pas censé être partie ?
Il se demain comment elle avait atterrit là. Alors pour le savoir il décida de lui poser la question !

"Qu'est ce que tu fais ici ? Tu es là depuis hier soir ?"

Et toujours penché à son visage les sourcils haussés il continua à la questionner. Se posant d'autres questions comme..

"Aurions nous... Fait l'amour ?"

Il eut un large sourire. Peut-être qu'elle avait succombé à son charme.
Sean eut un petit rire et sourit en coin. Ça devait être cela oui.
Sinon que faisait-elle là ? Mais si oui.. Pourquoi ne se réveillait-il pas dans un lit avec elle ? Peut être l'avaient-ils fait ailleurs et elle était venue chez lui avec lui le soir ?
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 21:54


  • J’ai senti un souffle sur mon visage. C’est ce qui me força à ouvrir les yeux. Et alors, je vis Sean penché sur moi. En jetant un coup d’œil sur la table, je vis qu’il avait avalé l’aspirine et le verre d’eau. Mais qu’est-ce qu’il foutait aussi proche que moi. « C’est bon, tu as décuvé ? » J’ai levé un sourcil en le fixant. Et alors, il me demanda ce que je foutais ici, et depuis quand est-ce que j’étais là. J’ai soupiré. Alors oui, il avait sacrément prit une cuite. « Je suis venue pour te rendre … Enfin non, je vais la garder pour l’instant. » J’ai secoué la tête. « Oui, depuis hier soir. Pour être précise, depuis 2h du matin » J’ai déglutis, et en l’entendant, j’ai levé les yeux au ciel et je l’ai poussé avec mes mains. Il tomba dans le canapé, mort de rire, et je soupirais en me levant. « T’es vraiment débile parfois. » J’ai soupiré, me suis étirée, et j’ai grimacé : mon dos me faisait un mal de chien. Ce fauteuil n’avait jamais été très confortable de toute manière. J’ai baillé, mettant ma main devant ma bouche. Puis je l’ai regardé.

    « J’étais venue pour te dire au revoir. Et te rendre la bague de mariage. Mais tu étais tellement ivre mort que tu ne savais même pas que c’était chez toi. Tu as toqué à la porte, et tu as attendu qu’on t’ouvre. Puis après, tu m’as pris pour un fantôme. Et au moment où t’allais m’embrasser, tu m’es tombé ivre mort dans les bras. » J’ai soupiré à ce souvenir, et j’ai repris mon portable, et l’écrin avec la bague. J’ai mis le tout dans mes poches, et j’ai fait craquer ma nuque en la tournant. « Alors je t’ai porté. Je t’ai mis sur le canapé. Je t’ai mis ce gant sur la tête. Je n’ai pas eu le courage de te balancer un seau d’eau à la tête. Alors j’ai … Fait de mon mieux. Et puis, j’ai annulé mon vol. Je ne pouvais pas te laisser là. Ivre mort. Ne sachant pas si tu allais te réveiller ou pas. » Je l’ai regardé, droit dans les yeux. Mine de rien j’avais eu peur pour lui. Et s’il faisait un coma éthylique hein ? J’ai secoué la tête. « Et puis, quand tu m’as dit t’être souvenu d’une fois où on a fait l’amour, je me suis dit qu’il y avait peut-être quelque chose à espérer. Alors je suis décidée à t’aider. » Je le regardais toujours, droit dans les yeux. Oui, j’allais l’aider. Et faire tout. Tout mon possible pour qu’il se souvienne… De nous.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 23:06

Pour répondre à sa question elle lui parla beaucoup. Elle dit beaucoup de choses, mais il n'écouta que la fin. Parce que c'était pas important, mais le reste l'était. Elle avait décidé de rester, et de l'aider à retrouver la mémoire. Sean se releva du canapé sur lequel il s'était écroulé de rire.

"Tu restes ?"

Il s'approcha d'elle avec un sourire.

"Parfait. Viens manger."

Sean se rendit dans la cuisine et lui prépara un petit déjeuner royal.
Il l'emmena s'asseoir et posa une assiette devant elle. Mangea rapidement son petit déj' et lui dit :

"Attends moi un peu je reviens. "

Il monta et alla prendre une douche. Puis redescendit les cheveux encore humides et s'installa sur le canapé avec elle.

"Voilà. Je suis prêt pour la séance "Rappelles toi". Qu'est ce qu'on doit faire ? Que je te raconte ce dont je me suis souvenu ?"

Sean sourit en coin et approcha un peu plus d'elle. La fixant dans les yeux.

"Je me suis souvenu du moment où l'on faisait l'amour.."

Il s'approcha d'avantage et demanda en haussant un sourcil :

"Devrions nous essayer ? Peut-être que je m'en souviendrais d'avantage ? Peut-être que si on fait l'amour je me souviendrais de toi ? Tu sais.. Mon corps se souviendrait du tien et là.. PAN ! Ça déclencherai le flashback de souvenirs !

Sean parlait avec conviction, lui même croyait totalement en ce qu'il disait. Après tout c'était une très bonne idée !
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 23:20


  • Un petit déjeuner. Une douche. J’ai soupiré. Allez, tel qu'il était changé, j’étais persuadée qu’il allait essayer de me mettre dans son lit, au moins une fois. J’ai passé mes mains sur mon visage. J’ai soupiré : moi aussi j’aurais bien aimé une douche. Je soupirais. Et alors le vis descendre et se poser à côté de moi. Et alors, il commença à parler. D’une voix convaincue. Comme s’il croyait vraiment à ses conneries. « Alors déjà, tu te recules. Merci Coco » Je l’ai repoussé. Je me suis assise en face de lui, sur la petite table. Et j’ai soupiré. « Je vais arriver à rien avec toi, je le sens bien » Il n’y mettait même pas de la bonne volonté. La seule chose qu’il voulait, c’était couché avec moi. Je l’ai vu se rapprocher. J’ai levé un doigt devant lui. Et je l’ai fixé. « Essaye encore, et je me barre, compris ? En plus j’ai envie de prendre une douche. » Quel rapport. J’ai ouvert en grand les yeux. Non sérieusement, j’avais dit ça ? Mais ça n’avait rien avoir. J’ai explosé de rire, j’ai penché la tête en arrière, riant comme une enfant. J’étais vraiment débile.

    J’ai repris mon sérieux. J’ai passé une main dans mes cheveux. J’ai secoué la tête, et je l’ai regardé. « Bon. Malgré les réprimandes et le feu de ta chère mère qui m’adore … » J’ai fait une grimace. En levant les yeux au ciel. J’ai sorti mon portable, je l’ai déverrouillé, et j’ai été dans mes photos. Je lui ai montré une photo de nous deux, dans notre lit. Enfin son lit maintenant. « Regarde ça. Prends le portable, et essaye de me dire où est-ce qu’on est. Et… Dis-moi si tu te rappelles de quelque chose. » Je l’ai regardé, l’espoir reprenant petit à petit sa place dans mes yeux. J’ai inspiré à fond. J’ai fait tourner ma tête. J’ai fermé les yeux forts. J’ai eu un léger vertige. Mais il se calmait petit à petit. Il faudrait vraiment que je songe à me remplumer. J’ai relevé la tête, et je l’ai regardé, attendant un quelconque changement. Quelque chose qui me dirait qu’il se rappelait.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 23:42

Elle n'eut pas l'air convaincue, au grand regret de Sean. Et puis elle se remit à blablater et puis sortit son téléphone portable pour... Pour lui montrer une photo d'eux deux.

"Oh tien c'est toi. Ah et moi. Et on est dans un lit. Mon lit. Voilà. J'ai réussi le test ?"

Il sourit en coin la voyant désespérer puis lui saisit soudain la main pour l'emmener avec lui. Il monta les escaliers et arriva dans sa chambre. Y entra avec Mira et referma la porte avant de la conduire jusqu'au lit sur lequel il la poussa la faisant tomber sur le dos. Il se jeta sur le lit à côté d'elle et la regarda appuyé sur son coude.

"Maintenant essayons de simuler ce moment là. Et peut-être que quelque chose me reviendra."

Mais elle ne semblait pas vouloir se laisser faire alors il fit mine de se concentrer en fermant les yeux.

"Bon, bon ! Je vais essayer de m'en souvenir sans simulation.."

Il essaya, rapidement. Quelques secondes. Et puis garda juste les yeux fermés pour faire mine. Ensuite il les ouvrit soudain et la fixa en s'écriant et se passant les mains dans les cheveux comme un fou.

"Aaarg j'y arrive pas ! Je ne m'en souviens pas ! Ah vas y vas prendre une douche je dois reposer mon cerveau. Il est en surchauffe. Tout comme une autre partie de.. Ahem."

Il se redressa et la tira par la main pour la relever puis la saisissant par les épaules la poussa vers la salle de bain et referma la porte derrière.

"Bonne douche !"

Et puis il sourit. Suffit de faire l'idiot. Il fallait agir. Sean fit un rire diabolique se prenant pour un.. Méchant d'un film Disney.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Jeu 10 Juil 2014 - 23:56


  • J’en avais marre de lui. J’avais qu’une envie c’était de… J’ai rouvert la porte, je l’ai fixé en train de rire. J’ai levé les yeux au ciel, et je l’ai fixé. « J’ai envie de te frapper tellement fort, que tu te vides de ton sang, que tu es tellement de fractures que ça t’empêche de respirer… J’en oublierai presque mon amour pour toi dis donc. » Je lui ai fait un clin d’œil. Foutage de gueule. Ma spécialité. J’ai fermé la porte à clé : oui j’allais la prendre cette douche. Je l’avais mérité. Pour l’avoir supporté quelques instants. Alors je me suis déshabillée. Je suis allée sous l’eau gelée. Et puis je suis sortie. J’ai regardé autour de moi, j’ai enfilé mon boxer. Et une chemise à lui. Je me suis regardée dans le miroir. Il voulait jouer ? On allait jouer.

    Mes affaires à la main, je suis sortie comme ça, en chemise. Je l’ai vu sur le bord du lit. J’ai mordu ma lèvre inférieure. Et je me suis approchée de lui en lâchant mes affaires. « Tu sais… Finalement… Ce n’était pas une si mauvaise idée… Le fait de se rappeler par les faits… » J’ai souris, un peu coquine. Qu’est-ce que je jouais bien la comédie. Je me suis approchée de lui, je l’ai poussé pour qu’il se retrouve allongé. Et je suis montée sur lui. J’ai approché mon visage du sien. Je le voyais triomphant. Dans son regard. La victoire. Mes lèvres à quelques millimètres des siennes. J’ai entrouvert mes lèvres. Je le regardais droit dans les yeux puis je me suis relevée en lui donnant une petite tape sur la tête. « Tu penses vraiment qu’à ça. Il est passé où mon homme romantique ? J’en ai marre, je me casse. Je t’appelle quand je suis décidée à revenir. » Je me suis levée du lit, j’ai pris mes affaires. Et je suis descendue en bas. Mais j’ai fait demi-tour et je suis remontée. Je me suis penchée sur lui, et j’ai attrapé mon portable. « Eh non, toujours pas mon lapin. Allez, à plus » Et je suis partie de chez lui.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Ven 11 Juil 2014 - 0:34

Elle ressortit pour le menacer puis retourna à l'intérieur. Sean rit et en entendant l'eau couler se leva et alla dans la salle de bain. Du moins essaya. Car elle avait fermé à clé ! À clé ?! Mais pourquoi donc ?! Avait-elle deviné ce qu'il avait prévu de faire ?

"Sois maudite et endors toi pour un sommeil de mille et un jour que je puisse profiter de toi jusque là. Hahahahahahaha..."

Sean soupira abbatut et alla se rasseoir sur le lit et attendit qu'elle sorte. Elle revint vêtue de sa chemise. Sa chemise. Sean en fut tout captivé.
Et elle lui dit que son idée n'était pas mauvaise ! Le comble !
Sean se retrouva allongé sur le dos avec Mira sur lui. Il sourit. Finalement il avait réussi.
Mira se pencha pour l'embrasser et se redressa au dernier moment. Sean écarquilla les yeux de stupeur à ses paroles. Non..? Allait-elle réellement faire cela ? Non, non elle ne pouvait pas ! Pas alors que.. Elle s'en alla. Et revint soudain. Il cru que c'était une blague et qu'elle revenait mais non elle le dupa à nouveau.
Sean se releva et courut à sa suite. Il la saisir par le poignet alors qu'elle s'apprêtait à traverser la route, la retourna et l'embrassa. Un baiser rapide, pour ne pas rester sur sa faim.

"Allez à plus."

Il ne lui laissait pas le temps de réagir que déjà il se retournait et s'en alla un sourire mauvais sur les lèvres.  Il était satisfait.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Ven 11 Juil 2014 - 0:49


  • J’en avais marre. J’étais là, dans mon lit, à tourner dans tous les sens. Ses lèvres, de nouveau sur les miennes. Même pour un court moment. Tout ça avait suffi à raviver de plus belle mes sentiments pour lui. Enfin non, pas lui, mais l’autre lui. Mon Sean. Celui qui m’avait demandé en mariage. Je soupirais. Vivement qu’il retrouve ses souvenirs. Déjà, ça me ferait ça en moins sur le cœur. Puis je pourrais enfin profiter de lui. J’ai fermé les yeux, j’ai essayé de dormir, mais rien n’y faisait. Alors je me suis levée, j’ai ouvert le tiroir, puis je l’ai refermé. Non. Je ne pouvais pas la remettre, pas tant qu’il ne se souvenait pas. J’ai mordu ma lèvre inférieure. Et je suis partie prendre une douche froide. J’allais aller chez lui, et j’allais lui dire deux trois mots. Le frapper s’il le fallait. J’allais le traumatiser pour qu’il se rappelle. Rien à foutre. J’en avais marre maintenant.

    J’ai mis une jupe bleue, un chemisier blanc. Un soutient bleu, un boxer blanc. J’ai mis des pieds nus. J’ai pris mon sac. Et je suis sortie. Moment de vérité. Tant pis, je ne l’avais pas appelé. J’ai soupiré. Il allait me faire une scène mais bon : il était quand même 7h du matin. Je suis arrivée chez lui à 7h45. Oui, j’ai marché et alors ? Cela fait du bien de marcher. J’ai toqué. Pas de réponse. Encore. Toujours pas. Bon bah. J’ai levé les yeux au ciel : j’allais le lever tant pis. J’ai ouvert la porte, j’ai posé mon sac sur une chaise, et je suis montée dans les escaliers. J’ai entendu… « Je vais le tuer » Ma mâchoire s’est crispée. Mes muscles se sont tendus. J’allais le tuer. J’allais le découper en morceau, et j’allais le donner en pâté aux lions. J’ai monté par deux les marches, j’ai marché d’un pas décidé, et j’ai poussé la porte d’un coup. « J’espère que tu t’amuses bien ordure. Putain, je n’arrive pas à le croire ! » Cette grosse chienne qui gueulait là. « Elle veut mon poing dans la gueule la pétasse ? » J’ai regardé Sean. Je lui ai lancé des éclairs par le regard.

    « Viens pas me rechercher pour tes putains de souvenirs. Reste avec tes putes » J’ai claqué la porte, j’ai fait demi-tour. Oh putain, j’allais me le faire. Je vous jure. La prochaine fois que je le vois, je lui fou un coup de batte de baseball. J’ai pris mon sac au passage. Je me suis mise à pleurer. Et j’ai couru. A quoi bon rester ? Il ne faisait aucun effort. Il se tapait des chiennes en chaleur. J’ai fermé les yeux. J’ai senti une légère secousse. Ah… Bah j’ai faillis me faire renverser. Je me suis excusée, et j’ai continué de courir, les larmes aux yeux. Non mais c’est vraiment une ordure ce mec. Je n’ai jamais été aussi vite pour rentrer chez moi tiens. J’ai fermé la porte à clé, j’ai balancé mes chaussures, mon sac. Et je suis allée m’écrouler dans mon lit. « Putain, mais quelle conne ! » Quelle conne d’y avoir cru un instant.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Ven 11 Juil 2014 - 17:50

Lorsqu'il retourna chez lui Sean ne réussit pas à s'endormir jusqu'à tard dans la nuit. Le lendemain il fut réveillé par quelque chose ou plutôt quelqu'un s'agitant à côté de lui. Une femme. Il sourit et passa un bras autour de Mira.

"Tu es venue finalement. Tu veux bien faire l'amour ?"

Pour toute réponse il entendit un gloussement et sentit le contact de ses mains quelque part, dans une zone sous haute tension, vers le bas..
Sean toujours les yeux fermés eut un large sourire.

"Wow, tu y vas fort.."

Elle gloussa encore. Soudain il ouvrit les yeux se demandant s'il n'était pas juste en train de rêver et aperçut des cheveux roux. Depuis quand Mira était rousse ? Il se redressa et vit. Ce n'était pas Mira. Sean poussa un cris de surprise ce qui la fit encore glousser. Et tout a coup la porte explosa pour laisser entrer une blonde enragée qui se mit à hurler et le traiter de tous les noms avant de disparaitre.
Et le silence revint. Sean fixait la porte bouche bée. Il se frotta les yeux puis pivota la tête pour fixer la rousse.

"T'es qui ?! "
"Moi ? Julia.. Tu ne te souviens pas.."
"Tu fous quoi dans mon lit ?"
"Tu m'as dit de te faire l'amour."
"Mais pas à toi je parlais à Mira !"
"Qui est Mira ?"

Sean leva les yeux au ciel en la repoussant.
"Disparais !"

Il se leva de son lit s'habilla rapidement et sortit.
Sean prit la voiture et roula jusqu'à chez Mira puis se mit à tambouriner à sa porte.

"Mira. Sort de là allez !"

Elle n'ouvrit pas la porte. Il continua.

"Eh ! Écoutes, tu as mal interprété ce que tu as vu ! Laisses moi t'expliquer.. Tu vois, il se trouve que je ne la connais pas cette rousse et je sais pas comment elle s'est retrouvée dans mon lit !"

Et puis soudain il explosa de rire. Il trouvait la situation hilarante. Il arrêta de frapper la porte et s'assit sur une marche plié de rire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   Ven 11 Juil 2014 - 18:54


  • Dans ma chambre j’étais là, à pleurer comme une grosse madeleine. J’étais pathétique. L’amour m’avait rendu vraiment niaise. Limite conne. J’ai soupiré quand j’ai entendu mon nom, et qu’on tambourinait à la porte. Je me suis relevée. « Dégage ! » J’ai essuyé mes larmes de rage. Je me suis levée, et je suis allée dans la salle de bain. J’ai claqué la porte. J’ai passé un coup d’eau froide sur mon visage. Et je me suis regardée dans le miroir. « Tu es pathétique meuf. » J’ai plissé les yeux, et j’ai essuyé mon visage. J’ai attaché mes cheveux en queue de cheval. Plus jamais. Plus jamais ça. J’ai rouvert la porte, et j’ai entendu Sean mort de rire. Mon sang a commencé à bouillir. J’ai serré les dents. Je suis allée vers la porte, je l’ai déverrouillé, et je l’ai ouvert comme une furie. Je me suis dirigée avec lui alors qu’il était sur une marche.

    Il se releva alors et je me suis mise à le pousser. Tellement le pousser qu’il avait descendu toutes les marches de l’étage. « Tais-toi. Ferme-là. Ne dis rien. Retourne dans ta villa pourrie, avec ton asperge de mère. Et lâche-moi la grappe compris ? » Je l’ai fixé dans les yeux. C’était un gamin. Ce n’était pas l’homme que j’avais connu, ce n’était pas celui dont j’étais tombée amoureuse. Non, lui, il n’était qu’un … Gamin pourri gâté. Et je n’avais jamais aimé les gens comme lui. Je l’ai poussé une dernière fois, de façon à ce qu’il rencontre le mur. Et je l’ai fixé. Très énervée. « Tu as de la chance que je t’aime. Parce que je te jure que j’aurais pris la batte. Et tu serais mort. » J’ai serré encore plus fort les dents, et j’ai fait demi-tour. Je l’ai senti encore insisté et me suivre. Jusque devant ma porte. Je me suis alors retournée, prêtes à lui foutre une gifle. Mais je n’ai pas pu.

    Putain d’amour. Putain d’enfoiré de cupidon de merde. Je vais te la faire bouffer ta flèche. J’ai fermé les yeux, je me suis appuyée contre ma porte, entrouverte. J’ai soupiré. Je n’ai rien dit. J’ai desserré la mâchoire. Je le détestais. Je le haïssais en fait. J’ai soupiré. Je lui ai tourné le dos. J’ai inspiré à fond. Il était temps que je reprenne ma vie en main. Il ne reviendrait pas. Je devais m'y faire. Et je devais commencer à changer des choses. Je suis rentrée dans mon appartement. J’ai alors ouvert tous les rideaux. J’ai laissé la lumière entrée dans cet habitat. Je suis allée dans la chambre. Et j’ai arraché les cartons. Et tout a repris vie. J’ai repris des couleurs. J’ai souris. Il était temps de vivre.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si demain on mourrait, que tout disparaissait, que nos vies s'effaçaient ? + Sean&Mira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMAZING PEOPLE ♣  ::  :: Corbeille :: Les sujets clos :: 2014-