Partagez | 
 

 Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité



MessageSujet: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    Ven 22 Aoû 2014 - 15:47


Il y a de l'orage dans l'air ?


« Mesdames et Messieurs, Bienvenue à Los Angeles. Veuillez attacher votre ceinture durant l’atterrissage. » Ma ceinture attachée, je scrutais le petit hublot essayant d’observer le moindre petit grain de paysage s’offrant à moi. Los Angeles…, cela faisait maintenant une bonne petite semaine que j’avais quitté les lieux pour le bien être de ma vie personnelle comme professionnelle. En effet, le travail ne me laissait plus une seule petite seconde à moi ; me proposant des shootings photos ainsi que des castings à des heures de mon domicile. Cette semaine, il avait été question de Lisbonne à mon plus grand plaisir à vrai dire. Regagner une terre d’enfance, pouvoir reprendre en pleine face les millions de souvenirs que je gardais sur ce petit bout de territoire. Un vrai bol d’air pur s’offrait à moi. Un véritable soulagement d’avoir pu quitter la maison rien que pour regagner mon chez moi quelque temps afin de fuir l’ambiance qui y régnait. Le couple que nous formions avec Bastian n’était plus celui que nous avions construit au début de notre relation. Beaucoup de choses avaient changé sans même que nous puissions nous en apercevoir réellement. Pourquoi un tel changement ? Une question auquel je ne pourrais répondre étant moi-même dépassé par tous ces événements…

La journée défila bien plus rapidement que prévu entre le casting de début de journée et l’après-midi passait en compagnie de Matthew Allen Rider. Une personne sans qui je n’en serais certainement pas là aujourd’hui, mais également une personne que Bastian aurait rêvé de faire disparaître, j’en étais certaine. Bastian ne montrait réellement pas beaucoup d’attache pour mon ami sans même vraiment savoir la raison.

18heures 30. •• « Coucou, je me mets en route pour la maison. Je suis là dans vingt minutes environ. A toute suite. » Mon portable glissait dans la poche de mon sac à main et du haut de mes escarpins, je gagnais après une longue inspiration le chemin du parking afin de reprendre le volant jusqu’à la maison. Il était temps de rejoindre Bastian pour une discussion sérieuse. Il fallait résoudre nos problèmes afin de ne plus les laisser envenimer. Cela devenait bien trop dangereux. Nous étions mariés depuis un petit moment maintenant, et rien n’était réellement rose depuis… Après une bonne quinzaine de minutes, la voiture garais dans l’allée de garage, je descendis de celle-ci, attrapant ma valise dans le coffre de la voiture ainsi que mon sac à main prenant la direction de la porte d’entrée. Frappant de mes deux petits coups habituels avant d’ouvrir, je franchis le seuil déposant mes affaires dans le hall laissant échapper «  Je suis rentrée ».

© MISE EN PAGE PAR TAZER.


Dernière édition par Shannon M. Summers le Ven 22 Aoû 2014 - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    Ven 22 Aoû 2014 - 17:06

    On peut le dire, la journée qui se présentait n’allait pas être très plaisante, pas que je regrettais de voir Shannon rentrer, mais plutôt que j’allais regretter tout ce qui allait entourer son retour. Depuis quelques temps on ne se parle plus, on ne se voit plus, je n’étais pas même au courant qu’elle partait, j’avais l’impression que ça faisait déjà trois années qu’elle était repartie sans même me dire où elle était, aucune réponse à mes appels, ni même à mes message, facebook n’a rien donné non plus, à tel point qu’elle n’a même pas répondu quand je lui ai annoncé avoir rendez-vous, elle qui tenait à m’accompagner et à soit disant affronter cette épreuve avec moi, honnêtement j’ai beaucoup de doutes quand à la véracité de ces mots. Je n’ai jamais douté de ces dires, malgré mes doutes et mes peurs, j’ai toujours su au plus profond de moi qu’elle ne me mentait pas, mais aujourd’hui j’ai de plus en plus de mal à accepter les choses. Nous sommes mariés et pourtant c’est toujours vers Matthew qu’elle va pour parler, je me pose des questions, j’en arrive même à me demander si j’ai fait le bon choix le jour où je lui ai demandé sa main, je ne sais plus trop ou j’en suis. Peut-être est-ce les autres problèmes qui me font penser de la sorte, mais je ne sais plus trop en réalité... A peine avait-elle redonné signe de vie que nous nous étions déjà pris le bec, je suis complètement perdu avec Shannichou, je suis même dépasser par les événements je crois... Je ne sais plus quoi en penser et malgré tout je dois faire avec, je suis largué cela est clair...

    Histoire de me détendre quelque peu avant cette soirée fatidique, je pris la peine de partir pour la plage afin d’avoir une petite séance de surf sympathique avec Zoé. Ça fait toujours un bien fou d’aller ce changé les idées à la mer de la sorte avant de partir pour une soirée explosive, mais bon, on fait avec. Il était 18 heures quand je choisi de prendre la route pour la maison afin de prendre une bonne douche bien utile avant d’attendre le retour de la belle blonde. Il était alors 18h50 quand elle franchi la porte de la maison laissant échappé un petit je suis rentré. J’étais dans le salon, je me levais alors pour la rejoindre et pris sa valise avec de l’embrasser brièvement et de prendre de nouveau la route du salon. Je ne savais pas trop où nous en étions je dois bien l’admettre et j’avais peur de la façon dont allait se passer cette soirée, mais il fallait que je laisse venir les choses et que je vois... Je m’installais alors dans le canapé et attendais qu’elle en fasse maintenant tout autant.

    « Ça c’est bien passé pour toi j’espère... »
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    Ven 22 Aoû 2014 - 18:07


Il y a de l'orage dans l'air ?


La première étape venait d’être passée : franchir la porte de la maison alors que Bastian était présent également. Non pas que je ne souhaitais pas rentrer chez moi en même temps que mon mari mais tout simplement parce qu’il ne nous était plus arrivé depuis bien longtemps de se voir en même temps, dans la même maison sans nous disputer. A croire que notre couple rimait avec dispute depuis que nous nous sommes passés la bague au doigt. En réalité, je ne savais plus quoi penser de nous. Comment avons-nous pu en arriver là sans même nous en rendre compte ?

Essuyant mes escarpins sur le tapis de l’entrer, posant ensuite ma valise devant moi me permettant ainsi de déposer ma veste en jean sur le portique. Je replaçais rapidement ma robe essayant de faire évacuer la crainte qui m’envahissait avant même de voir apparaître Bastian. Quand il s’approcha de moi m’embrassant brièvement, je fis de même un peu peiné par la situation ne laissant rien entrevoir pour autant. Je le laissai prendre ma valise, tandis que je le suivis jusqu’au salon où je m’installais en face de lui, croisant mes jambes tout en reposant convenablement ma robe sur mes jambes. Que faire… ? Quand il fut installé à son tour, il ne perdit pas de temps pour me lancer « Ca s’est bien passé pour toi, j’espère… ». Je relevai alors la tête, mon regard posé dans le sien essayant de comprendre de quoi me parlait-il. « De quoi veux-tu réellement parler ? De mon voyage ainsi que de mon boulot ou plutôt de mon après-midi avec Matt’ ? »

L’ambiance paraissait très froide, et autant vous dire que cela ne nous ressemblait absolument pas. Nous étions très joueur tous les deux, ne perdant pas un seul instant pour lancer un défi à l’autre. Cependant, ce temps était bien perdu. A l’heure actuelle, il n’était même plus question de se lancer un défi pour jouer mais à croire qu’il était plus intéressant de ce lancer un défi pour savoir lequel réussirait à énerver l’autre.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.


Dernière édition par Shannon M. Summers le Ven 22 Aoû 2014 - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    Ven 22 Aoû 2014 - 18:48

    L’heure est grave, rien ne va plus. Plus le temps passe et plus les choses dégénère, j’aime Shannon, cela est indéniable, je l’aime bien plus que tout au monde, mais je ne sais trop que penser, depuis ce mariage, tout dégénère, finalement on aurait peut-être dû attendre avant de franchir ce cap là, on ne serait jamais à ce stade là au moins de cette manière je présume, du moins je n’en sais rien en réalité... Elle était rentrer dans la maison depuis peu et s’était assise là, devant moi, pas un mot, l’ambiance était vraiment froide, jamais ça n’avais atteints ce stade là, j’avais peur, peur d’en être à un point de non retour, je tiens à elle, j’avais une peur immense de la perdre à l’heure actuelle et pourtant, malgré mes sentiments, mes pensées et mes envies, je n’arrivais pas à passer outre tout ce mal qui trainait ici ce soir. Je voulais tant changer les choses, mais je n’y parvenais pas, j’en étais incapable, à peine avais-je ouvert la bouche que déjà j’avais lancé une merde qui risquait de piquer encore plus au vif que prévu et connaissant Shannon, elle n’allait pas perdre une seule seconde à me sauter au coup pour me détruire une bonne fois pour toute, mais au moins je l’aurais bien chercher, je ne peux pas tellement le nier, mais maintenant il est trop tard pour revenir en arrière.

    « Les deux. Le premier m’intéresse, ça ne fait aucun doute, mais le second me tracasse également. Pourquoi lui ? C’est marrant non ? Tu me reproche d’avoir voulu aller prendre du temps quand j’ai appris cette merde, au final je suis resté, je t’ai proposé de m’accompagner, tu ne m’as jamais répondu, puis tu es partit et là j’apprends que Matt est au courant de tout et que limite moi je peux m’asseoir dessus... Alors oui, ça m’intéresse aussi. »

    Où est passé cette époque où nous étions prit d’une grande complicité ? Où est cette époque où il était impossible que l’on soit emmené à nous engueuler ? Je n’arrive plus a démêler le vrai du faux, je suis perdu, je ne sais même plus quoi faire, je crois bien que l’on est plus proche du bout qu’autre chose là, mais pourquoi ? Je ne comprends pas ce qui a pu nous séparer de la sorte...
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    Ven 22 Aoû 2014 - 22:05


Il y a de l'orage dans l'air ?

«Les deux. Le premier m’intéresse, ça ne fait aucun doute, mais le second me tracasse également. Pourquoi lui ? C’est marrant non ? Tu me reproche d’avoir voulu aller prendre du temps quand j’ai appris cette merde, au final je suis resté, je t’ai proposé de m’accompagner, tu ne m’as jamais répondu, puis tu es partit et là j’apprends que Matt est au courant de tout et que limite moi je peux m’asseoir dessus... Alors oui, ça m’intéresse aussi.»  Bizarrement, ses paroles me donnèrent plus l'impression qu'il attendait de savoir comment mon après-midi s'était passé plutôt que de savoir le déroulement de mon séjour professionnel. Il avait toujours eu une dent contre Matthew sans même réellement comprendre pourquoi il en était arrivé à un point de non retour comme ça avec lui. J'avais beau creusé au plus profond de moi, aucune réponse me venait à l'esprit. La jalousie ? L'inquiétude ? La crainte ? Je n'en sais vraiment rien.
A la fin de son discours que j'avais d'ailleurs écouté le plus attentivement possible, je baissais quelques secondes la tête, la hochant même négativement un court instant, les yeux fermés. Après quelques minutes, je finis par fixer mon regard dans le sien, essayant de lui répondre le plus calmement possible afin de ne pas envenimer la situation qui était d'ailleurs déjà très catastrophique à mon goût. « Je ne suis pas réellement certaine que tu veux entendre le déroulement de mon séjour à Lisbonne mais bon, ça s'est bien passé. J'ai pu repasser quelques temps dans ma maison d'enfance, revenir au source entre les heures de pause qu'on nous laisser, même si elles étaient d'ailleurs peu nombreuses. En tout cas, je ne devrais pas tarder à recevoir les vidéos et les photos que j'ai effectué là-bas. Et j'en suis assez fière, maintenant on verra bien. Maintenant pour ce qui est de mon après-midi avec Matthew, c'était très bien. On a bien rigolé et ça m'a fait du bien de le revoir.
Pour répondre à ta question le plus franchement et le plus simplement possible, c'est juste que nous sommes très amis et que l'on s'apprécie beaucoup. Et puis je suis certaine qu'une de tes amies et même bien plus au courant de certaines choses que moi dans ta vie, alors je ne vois pas où il faudrait en faire tout un plat. C'est trop facile de revenir sur le fait que tu es changé d'avis comme ça, quand tu as su pour ta maladie et me mettre sur le dos que je n'ai pas daigné me renseigner sur le comment ton rendez vous avait pu se passer. Tu refusais que je vienne te soutenir à ce rendez-vous et tu voulais fuir, je ne sais pas si tu te rends compte réellement de ce qu’il s’est passé ? Tu m’as littéralement blessé et anéanti ce jour là. Je suis censée être ta femme Bastian, pour le meilleur comme pour le pire et toi, à la moindre petite complication que nous pouvons rencontrer, tu veux t’enfuir sans même te soucier de moi. Que veux-tu que je pense de ça, tu peux me le dire ? Et toi, tu te permets de me faire un affront parce que j’agis dans le même principe que toi, pour le boulot ? A vrai dire, et peut être que tu trouveras ça horrible de ma part, et véritablement méchant de ma part mais je suis heureuse de voir à quel point ça peut te faire mal cette situation. Tu as vu ce que j’avais pu ressentir à ce moment là. Tu m’as donné l’impression de n’être qu’une vulgaire chaussette…  »
lui dis-je avant de me lever les larmes aux yeux prenant pour excuse qu’une petite boisson s’imposer. Etant devenu une véritable fan des bières depuis quelques temps, j’attrapa rapidement deux cannettes dans le réfrigérateur, les ramenant avec moi une fois les yeux séchés le mieux possible afin de ne pas lui laisser la possibilité d’en voir les traces. Posant les deux boissons sur la table basse, les décapsulant l’une comme l’autre, j’en gardais une dans mes mains, en buvant une gorgée tout en détournant le regard.

J’avais essayé de garder mon calme, j’avais essayé de lui parler le plus sereinement possible mais la tristesse avait pris le dessus se mêlant ainsi à la colère et la rage. Cela n’envisageait réellement rien de bons, je le savais malgré tous les efforts que j’essayerai de faire pour avoir une discussion la plus sérieuse possible en sa compagnie. Cela n’allait pas être très facile…

© MISE EN PAGE PAR TAZER.


Dernière édition par Shannon M. Summers le Ven 22 Aoû 2014 - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    Ven 22 Aoû 2014 - 22:33

    Catastrophe pour catastrophe, je ne pense pas que ça pouvais être pire à présent, du coup je l’écoutais très attentivement, ne perdant pas une seule miette de son discours à mon plus grand désespoir d’ailleurs il me semble. Je n’avais rien laisser au hasard, j’avais tout écouter, tout compris, mais la fin de son monologue fut le pire à mes yeux, je n’avais qu’une envie, prendre mes affaires et me tirer, partir prendre l’air, partir loin de cette fichue maison, loin de tout ce bordel, mais il fallait avant tout que j’en finisse ici, c’était le principal non ?

    « Tu n’es certaine que de ce qui t’enchantes c’est ça ? Tu crois réellement que tout ça ne m’intéresse pas ? Que ton travail, ta vie, tes occupations et tout le reste ne m’intéressent pas ? Tu doute de ce que je ressens pour toi ou de ce que je pense de toi ? C’est bien comme ça au moins ça m’éclaire un peu plus...
    Tu crois vraiment que quelqu’un est au courant de tout cela ? Callie m’a croisé à l’hopital donc on en a parlé vaguement c’est vrai, mais même Mila n’est au courant de rien de tout cela donc tu peux garder tes idées bizarres pour toi, je comptais bien tout partager avec toi en premier lieu, mais apparemment j’aurais dû allez parler à Mila, Zoé, Callie, Tim, je continue la liste ou ça va aller ? Après tout tu passes combien de personnes avant moi ?
    Changer d’avis... Oui c’est vrai, j’aurais mieux fait de m’écouter et de me tirer, au final ça n’aurait rien changé puisque tu n’étais pas là. Si je t’en avais parlé ça n’aurais rien changé de toute manière donc vient pas me faire un bordel sur le fait que j’ai voulu me le garder pour moi. Mais si tu ne veux pas comprendre ce n’est pas grave, je ne peux rien faire de plus. Je sors de l’hopital, je prends ça dans la gueule et tu crois que je vais péter le feu et que tout va aller ? A un moment donné c’est peut-être normal que j’ai besoin de m’aérer la tête non ? »


    Elle se levait ni vu ni connu et partit chercher deux bières qu’elle déposait ouverte prenant l’une et laissant l’autre sur la table. Je croisais mes bras, mes sentiments étaient partagés ce soir, de la colère, de la tristesse, je ne savais trop comment l’expliquer, mais j’étais dégoutter clairement, ma seule envie ? Partir...
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    Ven 22 Aoû 2014 - 23:13


Il y a de l'orage dans l'air ?

« Tu n’es certaine que de ce qui t’enchantes c’est ça ? Tu crois réellement que tout ça ne m’intéresse pas ? Que ton travail, ta vie, tes occupations et tout le reste ne m’intéressent pas ? Tu doute de ce que je ressens pour toi ou de ce que je pense de toi ? C’est bien comme ça au moins ça m’éclaire un peu plus...
Tu crois vraiment que quelqu’un est au courant de tout cela ? Callie m’a croisé à l’hopital donc on en a parlé vaguement c’est vrai, mais même Mila n’est au courant de rien de tout cela donc tu peux garder tes idées bizarres pour toi, je comptais bien tout partager avec toi en premier lieu, mais apparemment j’aurais dû allez parler à Mila, Zoé, Callie, Tim, je continue la liste ou ça va aller ? Après tout tu passes combien de personnes avant moi ?
Changer d’avis... Oui c’est vrai, j’aurais mieux fait de m’écouter et de me tirer, au final ça n’aurait rien changé puisque tu n’étais pas là. Si je t’en avais parlé ça n’aurais rien changé de toute manière donc vient pas me faire un bordel sur le fait que j’ai voulu me le garder pour moi. Mais si tu ne veux pas comprendre ce n’est pas grave, je ne peux rien faire de plus. Je sors de l’hopital, je prends ça dans la gueule et tu crois que je vais péter le feu et que tout va aller ? A un moment donné c’est peut-être normal que j’ai besoin de m’aérer la tête non ? »
Boum…, voila c’est ce que l’on appelle se prendre un allée retour sans même réellement s’y être attendu. Cependant, la situation n’allait pas aller en s’améliorant bien au contraire. Il se permettait de prendre ça comme un grand garçon et de me jeter encore une fois la faute sur le dos alors qu’il n’était réellement pas sain dans cette histoire. Comment faire pour ne pas s’énerver plus que nous l’étions déjà ? La canette dans ma main droite allait finir par se retrouver pulvériser si cela continuer dans cette direction. D’ailleurs, le silence regagna la pièce quelques instants comme pour essayer d’apaiser la situation très rapidement briser par le son de ma voix : « Si tu le dis, j’ai tellement l’habitude de cette chanson. En tout cas, tu ne me le fais pas ressentir puisque tes reproches ne s’enchainent qu’autour du fait que je ne suis jamais à la maison. Excuse-moi d’avoir un métier un peu trop prenant ne me permettant pas de m’occuper de mon petit mari comme un simple couple le ferait. Tu étais au courant dès le début que j’avais un métier très prenant et que je ne serai pas souvent là, surtout quand tu acceptes de faire des shootings photos et des castings à l’international. Enfin, bon tu as raison et j’ai tort. Que veux-tu ? Pour la question du quelqu’un est peut être au courant, il ne s’agissait que d’une suggestion, mais il faut peut-être que je t’applaudisse et que je me jette au bûché ? Ouuuuh, vilaine sorcière… ! Je n’en passe pas avant toi, désolée de te décevoir autant. »

Je n’avais plus le goût de répondre à la suite de son discours, plus la force de me battre s’il en venait à le prendre de la sorte. Une discussion sérieuse ? Mais bien sur… Comment avais-je pu être aussi bête sachant que depuis quelques temps nous n’étions plus capables d’en avoir une sans que tout parte vraiment en cacahuète. « Je crois que j’ai été bien trop stupide de croire qu’on aurait été capable de se parler sans se hurler dessus ou encore rejeter la faute sur l’autre. J’ai certes des torts mon cher, j’en suis consciente. Peut-être que j’ai un énorme défaut de toujours vouloir parler à Matt’ de tout ce qui peut me déranger, de tout ce que je ne supporte pas. Mais excuse-moi de ne pas avoir les épaules aussi larges que les tiennes ! Mais tu vois, j’avais au moins raison sur une chose. Tu n’es pas capable de prendre une décision sans la regretter quelques semaines, quelques mois voire même quelques heures plus tard. De toute façon, j’ai beau dire ce que je veux, tu n’en as strictement rien à foutre… » Mon cœur battait la chamade, les larmes avaient tendance à gagner le bord de mes yeux sans même que je le souhaite. Je ne voulais pas me montrer faible face à lui-même s’il s’agissait de mon mari. Je ne souhaitais pas qu’il voit à quel point la douleur était présente et que je n’étais pas capable de supporter la situation. Je finis par souffler bruyamment avant même de me lever du canapé, la canette à la main en direction du jardin afin de prendre un peu l’air.

C’est arrivé au milieu de la pièce, et en entendant la suite de son discours que ma main brisa canette qui me coupa littéralement la main me laissant échapper un petit cri, que je masqua très vite en tenant ma main à l’aide de l’autre en hurlant de toutes mes forces, les larmes coulant cette fois ci sur mes joues du fait de la tristesse et de la colère : « Mais p*tain ! Que veux tu que je fasse de plus avec un mari qui refuse de voir sa femme à ses côtés dès le moindre obstacle dans sa vie. Oui peut être que tu as voulu te rattraper par la suite mais les paroles étaient sortis et tu ne peux pas savoir cette horrible douleur que je ressens maintenant ! Tu ne te rends pas compte de la douleur que cela peut faire d’entendre ça de la bouche de son mari, bordel ! Tu sors des paroles sans même te rendre compte de leur impact ! La prochaine fois tourne ta langue dans ta bouche avant de parler, ça fera peut être beaucoup moins de dégâts. Tu as voulu te rattraper, c’est certain mais n’empêche que ça été dit et que malgré tout si tu l’as sorti tu le penser au fond de toi et c’est ça le pire. Jamais, tu ne m’entends, jamais je n’aurais été capable de te sortir une telle chose ! Alors tu as raison, va t’aérer la tête… » Je quittai alors violemment la pièce, complètement en larmes, sans même lui laisser la moindre opportunité de s’exprimer. Les larmes coulaient, les sanglots étaient présents également. Il fallait s’en douter au fond, il n’était pas possible de ne pas avoir une soirée sérieuse tourné en catastrophe à un certain moment.

Ma main me faisait souffrir, le sang coulait à bonne vitesse sur le sol mais ma douleur et mes larmes étaient bien plus intenses.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas


Invité



MessageSujet: Re: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    Sam 23 Aoû 2014 - 0:57

    Et voilà, le point de non retour venait d’être atteint, il n’y avait plus rien à faire pour se refaire sur ce coup là, les choses ont dégénéré, c’est la fin des haricots, les carottes sont cuites. Je ne sais plus où j’en suis, mais là c’est encore pire, plus le temps passe et plus je me perds, que faire ? Je ne sais pas, ça craint. J’aurais voulu que tout cela s’apaise, mais il y a trop de chose qui ont trainé depuis plusieurs jours et là il avait fallut que tout sorte, c’est toujours pareil, chacune de nos conversations sérieuse éclate à un moment où à un autre, mais là je crois que l’on a battu un record de vitesse...

    « Je ne pense pas t’avoir un jour reproché de partir pour ton travail, mais je suis quoi pour toi ? Je ne suis jamais au courant de rien, je ne savais même pas que tu étais sur Lisbonne alors oui, à un moment donné ça à tendance à m’énerver, je ne suis jamais au courant de rien, mais ne t’en fais pas, la proche fois j’irais demander à Matt, il est au courant lui au moins... J’admets faire des conneries, mais tu n’es pas irréprochable non plus, au contraire. Moi j’en ai rien à foutre de toi ? C’est la meilleure ça... Si c’était le cas, je m’inquièterais pour toi ? Je ne crois pas non. Je serais là ? Surement pas non plus. Tu es libre de penser ce que tu veux, mais sois un minimum lucide tout de même... »

    Elle se levait alors du fauteuil et prit la direction du jardin, sa canette à la main. Je savais que les choses allaient empirer au fur et à mesure que le temps allait passer, mais que pouvons-nous réellement y faire ? Vu comme les choses tournait, seule la galère se dessinait sous nos yeux et moi j’allais bientôt devenir complètement fou, cette situation m’angoisse, elle me brise de l’intérieur, mais cette saleté de fierté fait que je ne le montrerais pas. Je l’avais écouté parler avant de la voir partir finalement et quitter la pièce, elle ne me laissa pas parler puis de toute manière je n’avais rien à dire cela était sur, à quoi appuyer un peu plus sur le sujet, c’est moi qui suis malade et c’est moi qui trinque, dans l’idée je n’arrivais pas à comprendre les choses, mais que voulez-vous que je fasse de plus ? J’étais resté là, assis sur le fauteuil, les yeux rivé sur le sol, trop peut-être puisque j’ai vu cette tâche sur le sol, du moins cette, je devrais plutôt dire ces. Je me levais alors direction la salle de bain pour sortir de quoi m’occuper de ça avant de disparaitre comme elle devait surement le souhaiter actuellement. M’approchant alors d’elle, je posais ma main sur ses hanches.

    « Laisses moi au moins mettre quelque chose sur ta blessure, après je prendrais mes affaires comme tu dois surement le souhaiter, je reviendrais lorsque tout ce sera apaiser et que tu voudras en parler de nouveau. »

    Elle avait bien assez souffert pour aujourd’hui, il n’était pas utile d’en ajouter une couche encore. Je pense qu’il était plus utile de reprendre ça quand tout le monde sera calmé non ? Je lui ôtais sa cannette pour m’occuper de sa main calmement, c’était pour l’instant le principal à faire.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »    

Revenir en haut Aller en bas
 

Private Bastian •• « Il y a de l’orage dans l’air ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMAZING PEOPLE ♣  ::  :: Corbeille :: Les sujets clos :: 2014-